• Français

Announcing a diagnosis

The day everything changed

L’annonce d’atteintes, de malformations, du décès ou d’un risque de mort de votre bébé déclenche en vous de fortes et douloureuses émotions. Il s’agit de la première phase du deuil : le choc.

La situation peut vous sembler invraisemblable et beaucoup de parents peuvent avoir du mal à croire que ce qui leur arrive est réel. Le déni est un « mécanisme de défense » qui peut survenir.

Vous réalisez subitement que votre vie ne sera plus jamais la même. Le défi est d’apprendre à composer avec ce vide immense qui vous fait perdre pied et avec un ensemble de réactions normales face à la mort ou au décès à venir de votre bébé. La démarche de deuil vous permettra d’apprendre à apprivoiser cette sensation de « vide » immense.

Vous pouvez compter sur le soutien de l’équipe du CHU Sainte-Justine pour vous aider face à ces premières phases du deuil.


Accoucher immédiatement ou prendre un temps de réflexion ?

Après le choc du diagnostic, votre façon de percevoir votre bébé peut changer radicalement face à cette confrontation avec le risque de mort ou la mort de votre bébé.

Différents types de réactions peuvent surgir et elles sont normales :


Figer sur place

Le choc du diagnostic peut provoquer en vous un état de sidération et d’effroi, vous laissant sans mots et sans représentation possible. Il s’agit d’un « gel » ou d’un « arrêt sur l’image » dont la durée varie. Vous pourriez avoir l’impression que votre corps et vos émotions sont séparés.


Tentative de fuite

Peut-être avez-vous pensé à demander un accouchement immédiat ou rapide et même une anesthésiée afin de ne pas être consciente ?

La situation étant perçue comme un « danger » peut susciter en vous des réactions de frayeur, d’angoisse et de panique. Certains peuvent croire que le bébé n’y étant plus, le deuil prendra fin, mais il s’agit malheureusement d’une fausse croyance. Le deuil est un cheminement amorcé dès le diagnostic. Il se poursuit lors du séjour hospitalier et après le retour à la maison. C’est pourquoi il est recommandé d’éviter un accouchement dans l’immédiat.

Les parents sont encouragés à prendre un temps de réflexion avant l’accouchement.


Autre forme de « tentative de fuite »

Peut-être tentez-vous de ne plus y penser, de ne plus toucher ou caresser votre ventre ? Si les mouvements du bébé demeurent, cela peut susciter en vous une montée de pensées culpabilisantes et parfois même nourrir des doutes quant à la cause des anomalies.


Capsule vidéo

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Accoucher immédiatement ou prendre un temps de réflexion ?
  • Pourquoi est-il rare que l’on procède à une césarienne dans ce type d’accouchement ?

About this page
Updated on 11/26/2019
Created on 11/26/2019
Alert or send a suggestion
 

Every dollar counts!

Thank you for your generosity.

It is thanks to donors such as you that we are able to accelerate research discoveries, to heal more children every year and to continue to offer world-class care.

It is also possible to give by mail or by calling toll-free

1-888-235-DONS (3667)

Contact Us

514 345-4931

Legal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
All rights reserved. 
Terms of Use,  Confidentiality,  Security

Warning

All information contained within the CHU Sainte-Justine site should not be used as a substitute for the advice of a duly qualified and authorized medical practitioner or any other health professional. The information provided on this site is intended for educational and informational purposes only.

Consult your physician if you feel ill or call 911 for any medical emergency.

CHU Sainte-Justine