• English

Centre de recherche
jeudi 4 août 2022
Communiqué de presse

Crise de la santé et des surdoses d’opioïdes au Canada

Une nouvelle étude pancanadienne montre que la prévention et l’intervention auprès des jeunes sont devenues une nécessité

MONTRÉAL, le 4 août 2022 – Il est urgent d’adopter des approches adaptées aux jeunes dans la lutte contre la crise des opioïdes au Canada. C’est l’une des conclusions importantes d’une série d’études auxquelles ont participé des chercheurs de tout le pays dans le cadre d’un programme de recherche dirigé par Patricia Conrod, Ph. D., chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine (Montréal, Canada) et professeure titulaire au département de psychiatrie et d’addictologie de l’Université de Montréal, et Sherry Stewart, Ph. D., professeure au département de psychiatrie de l’Université Dalhousie. Ces études ont fait l’objet d’un numéro supplémentaire dans l’édition de juin 2022 du Canadian Journal of Addiction.

Au cours des années 2000 à 2015, certaines provinces ont enregistré une augmentation marquée des décès liés aux opioïdes chez les 15 à 24 ans. Entre 2013 et 2017, à l’échelle internationale, c’est chez les jeunes adultes de 25 à 44 ans et les jeunes de 15 à 24 ans que les taux d’intoxication aux opioïdes ont augmenté le plus rapidement, avec des hausses de 62 % et de 53 %, respectivement. Une étude ontarienne a montré que les taux de surdoses d’opioïdes chez les moins de 35 ans ont augmenté de 320 % au cours des périodes initiales de la pandémie en 2020. 

En 2018, alors que cette réalité prenait rapidement de l’ampleur, une équipe pancanadienne de chercheurs a collaboré à un programme de recherche. L’objectif était d’améliorer les connaissances sur ce qui était devenu un important problème de santé publique et d’éclairer les pratiques de prévention et de traitement dans tout le pays.

« Nous avons entrepris ce projet parce qu’il devenait évident que la crise des opioïdes commençait à toucher les jeunes et parce qu’à ce moment-là, il y avait très peu de programmes fondés sur des données probantes pour lutter contre l’abus d’opioïdes dans cette population », explique Patricia Conrod.

« Notre étude a permis de constater que bon nombre des mesures prises pour lutter contre la consommation problématique d’opioïdes au Canada sont destinées aux adultes et aux hommes, et que la disponibilité, l’accès et la pertinence des services pour les jeunes sont limités », explique Stephanie Nairn, la doctorante qui a dirigé et coordonné le programme de recherche. Elle ajoute : « Cette situation s’explique en partie par le fait que, jusqu’au milieu des années 2000, les données épidémiologiques semblaient indiquer que la consommation d’opioïdes était un problème qui touchait principalement les adultes toxicomanes ».

Faire participer les populations de jeunes Canadiens peu étudiées

Les chercheurs et les jeunes participants qui ont contribué au projet représentaient les cinq organismes et établissements canadiens suivants : le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, l’Université de Montréal, le Centre de toxicomanie et de santé mentale à Toronto, l’Université Dalhousie à Halifax, l’Université de Calgary et le British Columbia Centre on Substance Use à Vancouver. Chacun de ces organismes et établissements a travaillé avec une population distincte de jeunes qui ont été particulièrement touchés par la crise sanitaire et les surdoses d’opioïdes, comme les jeunes de la rue, les jeunes à qui l’on a prescrit des opioïdes, les tuteurs et les frères et sœurs de jeunes décédés des suites d’une intoxication aux opioïdes, les jeunes vivant dans des collectivités autochtones ainsi que les jeunes qui suivent un traitement contre la dépendance et leurs prestataires de services. 

Au Québec, l’équipe a choisi de se pencher sur l’un des facteurs historiques qui ont contribué à la crise des opioïdes ; la prescription d’opioïdes.

« Notre étude est l’une des premières études qualitatives à mettre l’accent sur les jeunes à qui l’on a prescrit des opioïdes pour la gestion de la douleur. Elle montre notamment comment ce groupe est doublement stigmatisé en raison de son état de santé et de sa consommation d’opioïdes sur ordonnance », explique Stephanie Nairn.

Soulignons que le programme de recherche se distingue par sa façon d’utiliser un sommet pancanadien dirigé par des jeunes pour recueillir différents points de vue, cerner des mesures concrètes de changement et faciliter l’application des connaissances. Les chercheurs espèrent que leur travail contribuera à faire évoluer les approches et les mentalités des parties prenantes et permettra d’intégrer des solutions pratiques et novatrices qui, à terme, feront régresser la crise des opioïdes chez les jeunes au Canada.

Les études

L’article « An Exploration of Youth, Family and Provider-Identified Solutions to the Canadian Youth Opioid Health Threat » a été publié dans le numéro supplémentaire de juillet 2022 du Canadian Journal of Addiction. Les six études ont été financées par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) dans le cadre de l’Initiative canadienne de recherche sur les abus de substance.

Lessons Learned From “A Day for Youth Voices on the Opioid Overdose Crisis” and Future Directions for Research on the Youth Polysubstance Use Emergency in Canada 
Stephanie A. Nairn, Jason Y. Isaacs, Sherry H. Stewart, Lisa D. Hawke, Madison Thulien, Danya Fast, Rod Knight, Patricia Conrod, Joanna Henderson, Faria Khan, Alice Lam et Rebecca J. Haines-Saah

Youth Perceptions of and Experiences with Opioids for Pain Management: Intersecting Stigmas and Ambivalence
Stephanie A. Nairn, Marion Audet, Lauren Anzarouth, Sherry H. Stewart, Jason Y. Isaacs et Patricia Conrod

Characterizing the Landscape of Service Provider Needs and Gaps in Services During the Canadian Youth Polysubstance Use Health Crisis
Stephanie A. Nairn, Lisa D. Hawke, Jason Y. Isaacs, Rod Knight, Sherry H. Stewart, Joanna Henderson, Rebecca Haines-Saah, Danya Fast, Alice Lam et Patricia Conrod

Addressing Canada’s Opioid Crisis: A Qualitative Study of the Perspectives of Youth Receiving Substance Use Services
Lisa D. Hawke, Na Zhu, Jacqueline Relihan, Karleigh Darnay et Joanna Henderson

The Impact of Normative Feedback on Undergraduates’ Prescription Drug Use Knowledge and Behavior: A Mixed Methods Study 
Jason Y. Isaacs, Kara Thompson, Igor Yakovenko, Karen Stewart-Kirk, Noelle J. Strickland et Sherry H. Stewart

Navigating Treatment in the Shadow of the Overdose Crisis: Perspectives of Youth Experiencing Street-Involvement Across British Columbia
Madison Thulien, Reith Charlesworth, Haleigh Anderson, Rainbow Dykeman, Katey Kincaid, Kali Sedgemore, Rod Knight et Danya Fast, avec la participation du Youth Health Advisory Council

“There’s No Supports for People in Addiction, But There’s No Supports for Everyone Else Around Them as Well”: A Qualitative Study with Parents and Other Family Members Supporting Youth and Young Adults
Faria Khan, Michaela Lynn, Kym Porter, Linda Kongnetiman et Rebecca Haines-Saah

– 30 –

À PROPOS DU CENTRE DE RECHERCHE DU CHU SAINTE-JUSTINE

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l’Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d’avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 210 chercheurs, dont plus de 110 chercheurs cliniciens, ainsi que 450 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada.
recherche.chusj.org
@CR_CHUSJ

Source
CHU Sainte-Justine
Renseignements

Justine Mondoux-Turcotte
Conseillère — Relations médias et relations externes
CHU Sainte-Justine
514 213-4488
justine.mondoux-turcotte.hsj@ssss.gouv.qc.ca 

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 12 août 2022
Créée le 3 août 2022
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine