Centre de recherche
mercredi 9 novembre 2022
Communiqué de presse

Violence à l’écran : risque de difficultés psychologiques et scolaires à l’adolescence

MONTRÉAL, le 8 novembre 2022 – Les résultats d’une nouvelle étude menée par Linda Pagani, psychologue et chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, montrent que le visionnement de contenus violents à l’écran au cours des années préscolaires est associé à un risque accru de difficultés psychologiques et scolaires à l’adolescence.

L'étude vient d'être publiée dans le Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics.

« Il n’était pas clair dans quelle mesure l’exposition typique à de la violence à l’écran durant la petite enfance − un moment particulièrement critique pour le développement du cerveau − pouvait prédire la détresse psychologique et les risques scolaires subséquents », a déclaré la chercheuse. 

« La détection de facteurs modifiables précoces influençant le bien-être ultérieur de l’enfant est une cible importante pour la santé individuelle et communautaire. L’adaptation psychologique et la motivation scolaire sont des éléments essentiels permettant la réussite de la transition vers l’adolescence. Nous voulions donc examiner l’effet à long terme de l’exposition typique des enfants d’âge préscolaire à des contenus violents à l’écran sur le développement normal au moyen d’indicateurs clés de l’adaptation des jeunes à l’âge de 12 ans », a-t-elle ajouté.

Deux évaluations dans le temps

Pour ce faire, Linda Pagani et son équipe ont examiné l’exposition d’enfants âgés entre 3 ans et demi et 4 ans et demi à de la violence à l’écran rapportée par leurs parents. Puis, elles ont effectué un suivi lorsque les enfants étaient âgés de 12 ans. Lors de ce suivi, les enseignants ont fait part de leurs observations et les enfants ont décrit leurs caractéristiques psychologiques et scolaires à la fin de la sixième année du primaire. 

Contrairement à leurs pairs n’ayant pas été exposés à de la violence à l’écran, les garçons et les filles qui avaient visionné des contenus typiquement violents à la télévision étaient plus susceptibles d’éprouver ultérieurement de la détresse émotionnelle. Ils se sont également sentis moins engagés en classe et ont vu leur rendement et leur motivation scolaires diminuer à la fin de la sixième année du primaire.

« Chez les jeunes, la transition vers les études secondaires représente une étape cruciale du développement. Ressentir de la tristesse et de l’anxiété et avoir des difficultés scolaires tend à compliquer leur situation », a indiqué la chercheuse principale de l’étude. 
Linda Pagani et ses coauteures Jessica Bernard et Caroline Fitzpatrick sont arrivées à ces conclusions après avoir examiné les données provenant d’une cohorte longitudinale d’enfants québécois nés entre 1997 et 1998. L’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec est un ensemble de données publiques coordonnées par l’Institut de la statistique du Québec.

Près de 2000 enfants suivis

Les parents de 978 filles et 998 garçons ont rapporté l’exposition de leur enfant à de la violence télévisée alors qu’il était d’âge préscolaire. À l’âge de 12 ans, les jeunes et leurs enseignants ont évalué leur rendement psychosocial et scolaire, leur motivation et leur participation en classe. L’équipe a ensuite analysé les données afin de désigner tout lien significatif entre de telles difficultés et l’exposition durant la petite enfance à des contenus télévisés violents en s’efforçant d’éliminer autant de biais et d’influences confondantes que possible. 
« Notre objectif était d’éliminer toute condition préexistante provenant des enfants ou des familles qui aurait pu fournir une explication autre ou jeter un éclairage différent sur nos résultats », a souligné la Linda Pagani, également professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal.
Le temps passé devant un écran est un loisir courant pendant la petite enfance, et certains des enfants de l’étude ont été exposés à la violence. Les difficultés psychologiques et scolaires sont une préoccupation croissante pour les travailleurs de l’éducation et de la santé publique. Selon Linda Pagani, les conditions d’une entrée réussie au secondaire sont enracinées dans la petite enfance.

Une identification aux personnages fictifs

« Les enfants d’âge préscolaire ont tendance à s’identifier aux personnages à l’écran et à croire tout ce qu’ils y observent comme étant réel. Ils sont particulièrement vulnérables aux représentations humoristiques de héros et de méchants utilisant la violence comme un moyen justifié et glorifié de résoudre des problèmes », de dire la chercheuse.

« L’exposition répétée à des séquences d’action rapides entraînant une montée de l’adrénaline et à des effets spéciaux captivants pourrait renforcer leurs croyances et leurs attitudes quant à la pertinence de recourir à la violence dans les situations sociales. L’acquisition de compétences et d’attitudes essentielles erronées promet des difficultés d’adéquation personne-environnement ultérieures à l’école », a-t-elle poursuivi.

« Tout comme être témoin de violence dans la vie réelle, l’exposition récurrente à un monde hostile, violent et rempli de créatures d’apparence grotesque à l’écran pourrait déclencher une réaction de peur et de stress chez les jeunes et les amener éventuellement à percevoir la société comme dangereuse et effrayante. Cela pourrait les mener à réagir de manière excessive dans des situations sociales ambigües », a ajouté Jessica Bernard. 

La coauteure a conclu ainsi: « Durant la petite enfance, le nombre d’heures d’éveil dans une journée est limité. Ainsi, plus les enfants sont exposés à des interactions agressives, plus ils peuvent penser qu’il est normal de se comporter de cette façon. »

« Privilégier une vie quotidienne active et des situations sociales appropriées à ce stade de la vie permet d’acquérir des compétences sociales essentielles qui joueront ultimement un rôle clé dans leur réussite personnelle et économique », de conclure Linda Pagani.

© UdeM (Amélie Philibert ) - Photo de Linda Pagani

– 30 –

À propos de l’étude

L’article « Prospective associations between preschool exposure to violent televiewing and psycho-social and academic risks in early adolescent boys and girls » par Linda Pagani, auteure principale de l’étude, Jessica Bernard, étudiante diplômée sous sa supervision, et Caroline Fitzpatrick, professeure à l’Université de Sherbrooke a été publié le 8 novembre 2022 dans le Journal of Developmental and Behavioral Pediatrics. L’étude longitudinale du développement des enfants du Québec a été rendue possible grâce au financement de la Fondation Lucie et André Chagnon, la Fondation CHU Sainte-Justine, de l’Institut de la statistique du Québec, des ministères de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, du ministère de la Famille, de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et du ministère de la Santé et des Services sociaux.

À PROPOS DU CENTRE DE RECHERCHE DU CHU SAINTE-JUSTINE

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l’Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d’avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 210 chercheurs, dont plus de 110 chercheurs cliniciens, ainsi que 450 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada.
recherche.chusj.org
@CR_CHUSJ

Source

Université de Montréal

Personne-ressource auprès des médias :

Justine Mondoux-Turcotte 
Conseillère - Relations médias et relations externes
CHU Sainte-Justine
514 345-7707
justine.mondoux-turcotte.hsj@ssss.gouv.qc.ca  

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 9 novembre 2022
Créée le 9 novembre 2022
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine