mardi 3 décembre 2013
Communiqué de presse

Pourquoi en faire une histoire?

Comment les enfants s’adaptent-ils à la réalité d’un proche parent vivant avec un handicap physique?

Vivre avec un handicap physique peut avoir des impacts importants sur le quotidien d’une personne et de ses proches. Mais qu’en est-il exactement de la réaction des enfants? Comment sont-ils touchés par cette différence? En marge de la Journée internationale des personnes handicapées, l’Alliance des centres de réadaptation en déficience physique (CRDP) montréalais a lancé aujourd’hui la campagne Pourquoi en faire une histoire? dans le cadre de l’événement Prendre sa place – 5e édition. Les CRDP ont choisi de donner la parole à 11 jeunes (4 à 17 ans) dont le parent, le frère ou la sœur vit avec un handicap physique. Les huit capsules vidéo animées par le porte-parole Christopher Hall témoignent des impacts qu’entraîne une déficience motrice, auditive, visuelle ou langagière dans leur famille, de leur vision du handicap ou encore de leur adaptation à cette réalité. Elles sont disponibles sur le site :www.prendresaplace.com

« C’est avec grand plaisir que j’ai participé à la réalisation de ces capsules qui m’ont permis de faire des rencontres inspirantes. Ces jeunes ont une relation bien spéciale avec leur proche handicapé, une façon toute particulière de voir la vie. Il faut voir les étincelles dans leurs yeux quand ils parlent de leur père, leur mère, leur frère ou leur sœur, ça nous permet de remettre bien des choses en perspective!», mentionnait Christopher Hall, porte-parole de l’événement.

La mouture 2013 de l’événement Prendre sa placeapporte un vent de renouveau à cette campagne qui prenait traditionnellement la forme d’un salon. « Pour la cinquième édition de l’événement, nous avons décidé d’opter pour une campagne Web afin d’aller rejoindre de nouveaux publics. Vivre avec un handicap peut s’avérer complexe au quotidien, mais nous voulions aussi montrer que cela peut apporter des éléments positifs dans une vie, en l’occurrence une relation particulièrement forte entre les membres d’une famille. Et c’est exactement ce que nous présentent les capsules! », a pour sa part affirmé Pierre Paul Milette, directeur général du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau.

Ce que la recherche en dit

Une chercheuse du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain (CRIR) a été invitée pour dévoiler les conclusions d’une recension des écrits sur la réalité des enfants dont le proche parent est handicapé.

« La recherche démontre que les limitations physiques d’un proche parent peuvent avoir des répercussions à la fois positives et négatives sur la vie d’un enfant. Bien entendu, certains conflits ou frustrations peuvent émaner au quotidien, mais il n’en reste pas moins que cette situation permet aux enfants de développer de belles qualités. Ils font en effet souvent preuve d’une grande maturité, d’autonomie et d’une capacité d’empathie », annonçait Marie-Josée Levert, chercheuse au CRIR – site Centre de réadaptation Lucie-Bruneau et professeure à la Faculté des sciences infirmières.

« Les enfants s’adaptent rapidement à une situation et dans plusieurs des cas étudiés, ils ne s’attardaient pas au handicap de leur parent. La plupart d’entre eux ne souhaiteraient pas non plus y remédier s’ils en avaient les moyens », continuait-elle. Il semblerait que les choses changent toutefois à l’adolescence, alors que se développe un besoin de conformité chez le jeune. Le handicap d’un parent peut alors devenir un handicap social, puisqu’il le différenciera inévitablement de ses semblables.

À propos de l’Alliance des CRDP montréalais

L’Alliance des CRDP montréalais est le partenariat de huit établissements agréés pour la qualité de leurs services spécialisés et surspécialisés en déficience auditive, du langage, motrice et visuelle. Elle est composée du Centre de réadaptation Constance-Lethbridge, du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau, du Centre de réadaptation MAB-Mackay, du Centre de réadaptation Marie Enfant du CHU Sainte-Justine, de l’Hôpital de réadaptation Villa Medica, de l’Institut Nazareth et Louis-Braille, de l’Institut Raymond-Dewar, et de l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal. Près de 1 700 professionnels cliniciens à temps complet travaillent dans les CRDP montréalais partenaires et au 31 mars 2013, plus de 27 000 personnes, de tous âges, y recevaient des services.

– 30 –

Autre source / renseignements
Alliance des centres de réadaptation en déficience physique montréalais

Marie-Claude Roussin
Centre de réadaptation Lucie-Bruneau
514 527-4527, poste 2300
mcroussin.crlb@ssss.gouv.qc.ca

Camille Lemay
Morin Relations Publiques
514 289-8688, poste 229
camille@morinrp.com

À propos de cette page
Mise à jour le 9 septembre 2014
Créée le 19 mai 2014
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine