Dans le cadre du 115e anniversaire du CHU Sainte-Justine, 115 personnes racontent leur histoire et comment l’établissement a marqué leur vie... Cet anniversaire souligne également les 85 ans d’existence du Centre de réadaptation Marie Enfant (CRME). Merci pour ces beaux témoignages, pour ces souvenirs de joie, de peine, de résilience et d’espoir. De nouvelles histoires à découvrir chaque mois!

Nathalie et Chantal Leduc

Des vies pareilles et différentes

Voici, l’une après l’autre, les histoires de deux sœurs qui, ensemble, cumulent 70 ans d’expérience à Sainte-Justine…

Nathalie et Chantal sont issues d’une famille de sept enfants, leur mère gardait des enfants à la maison – c’était bien avant les CPE. Elles ont grandi entourées d’enfants, elles ont elles-mêmes gardé des enfants dans leur jeunesse. Est-ce un hasard qu’elles aient choisi de faire carrière en pédiatrie ? Non, pas vraiment… 

Nathalie, employée depuis 36 ans du CHU Sainte-Justine. À ses tout débuts, elle avait posé sa candidature à trois postes, dont un à Sainte-Justine. « Les trois employeurs m’ont appelée, mais ma mère m’a conseillé de choisir Sainte-Justine, qui semblait un emploi plus sécuritaire », relate Nathalie.
 

« À côtoyer tous les enfants,
on n’a pas l’impression d’être dans
un hôpital. C’est du bonheur même
si ce n’est pas toujours facile. »
 

D’abord sur la liste de rappel, Nathalie a suivi des formations pour pouvoir travailler au sein des cliniques externes, de jour, de soir ou de nuit. Elle a œuvré sept ans à la clinique externe de pédiatrie, quelques années dans diverses autres cliniques, neuf ans à la clinique de développement, puis elle s’est jointe à l’équipe de la clinique de chirurgie cranio-faciale. Actuellement, elle donne des formations générales au nouveau personnel administratif des cliniques du plateau de chirurgie traumatologique. 

« Sainte-Justine, je l’ai tatoué sur le cœur, confie Nathalie. J’y travaille depuis octobre 1986, et je n’ai jamais regretté mon choix. À côtoyer tous les enfants, on n’a pas l’impression d’être dans un hôpital. C’est du bonheur même si ce n’est pas toujours facile. Je suis admissible à la retraite, mais c’est difficile de partir… » 

Sa sœur Chantal, employée depuis 34 ans du CHU Sainte-Justine. En 1988, elle a posé sa candidature à trois postes d’infirmière et, comme Nathalie, les trois employeurs l’ont appelée. « Je ne connaissais pas vraiment Sainte-Justine ni sa mission, dit-elle, mais j’ai beaucoup aimé l’ambiance lors de l’entrevue. J’ai aussi beaucoup aimé les stages que j’y ai faits : la relation avec les enfants, et celle avec les parents – les parents nous en apprennent énormément sur les enfants. » 

Chantal a commencé à l’hôpital à l’unité des grands brûlés, de soir, auprès de patients qui nécessitent de grands soins et une attention spéciale. Ensuite, après quelque temps au sein de l’équipe volante, elle a travaillé en remplacement aux soins intensifs, encore de soir. « J’y ai rencontré mes mentors, qui m’ont beaucoup appris, se rappelle-t-elle. L’équipe de soir est une équipe très soudée. Les soins intensifs, c’est un milieu spécial… On y trouve les enfants les plus malades. On ‘’ débriefait ‘’ sur ce qu’on vivait, on tentait de dédramatiser… » C’est durant ce passage aux soins intensifs que Chantal a fait son baccalauréat en sciences infirmières. 

Pour concilier travail et famille, elle a par la suite été de service de jour en chirurgie-traumatologie. Elle a alors développé une passion pour les patients stomisés, et suivi une formation additionnelle d’infirmière stomothérapeute. Depuis 22 ans, elle travaille dans le domaine. « C’est un milieu très stimulant, avec beaucoup d’enseignement aux familles. Les enfants sont spontanés, authentiques, on sait rapidement ce qui ne va pas, on a l’heure juste. C’est très gratifiant de voir leurs progrès », explique Chantal. 

Les deux sœurs soulignent le soutien de leurs supérieurs dans leur développement professionnel à Sainte-Justine. « C’était à mon rythme, dit Chantal. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas de limites à ce qu’on peut faire quand on aime ce qu’on fait. Cela a certainement eu un impact dans les soins que j’ai apportés aux enfants, dans mon niveau de confiance à travailler avec eux… »  

Et les deux sont d’accord : elles savent qu’elles font une différence dans la vie des enfants et de leurs familles… mais elles savent aussi que ces enfants et leurs familles font une très grande différence dans leurs vies. Et tous en sortent grandis. 

Merci Nathalie et Chantal ! 


© photo 1 : courtoisie - photo 2 : Stéphane Dedelis

À propos de cette page
Mise à jour le 17 novembre 2022
Créée le 22 août 2022
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine