Abus physique: Propos de parents

Propos de parents ayant admis avoir posé des gestes d’abus physique

« Ouf. C’est pas facile à dire… je l’aime, mon fils. Mais maudit ça va mal, il fait tout ce qu’on veut pas. Il n’écoute pas, il crie, il pleure toute la nuit. Ma femme ne sait plus quoi faire puis moi, j’arrive pour souper dans ce bordel. Oui, je l’ai pris par le bras et je l’ai tordu. C’est là que j’ai entendu un crack. Mais j’ai pas voulu faire ça. »

Après quelques rencontres, les parents sont plus calmes. Ils reçoivent le soutien d’une intervenante sociale et les conseils d’un éducateur.

Le père s’est souvenu qu’il a lui-même subi de l’abus physique. Il n’a jamais pensé qu’il ferait ce que son père lui avait fait… il pleure et serre son petit dans ses bras.

Il ajoute :

« C’est bizarre de dire ça, mais c’est comme si je suis soulagé d’en parler et d’avoir avoué ce que j’ai fait. Maintenant, je sais qui je peux appeler si ça ne va pas. C’est sûr que je ne veux plus jamais que ça m’arrive, mais, au bout du compte, je pense que je vais être un meilleur père. »

Réactions des enfants victimes d’abus physique

Les enfants peuvent réagir de diverses façons à un abus physique. Le type d’abus subi, les vulnérabilités et les forces personnelles de l’enfant ainsi que celles de son entourage vont influencer le type de réactions, qu’elles soient de nature physique, affective, cognitive ou comportementale.

Ces réactions peuvent survenir au moment de l’abus, au moment de son dévoilement ou encore plus tard, y compris à l’âge adulte.

Ces réactions ne sont pas en elles-mêmes des preuves d’abus physique. La plupart de ces réactions peuvent aussi être causées par d’autres situations difficiles vécues par les enfants (problèmes dans la famille, séparation parentale, problèmes d’attachement).
 

Les enfants victimes peuvent présenter des :

  • Manifestations d’anxiété

    Peurs diverses, anxiété de séparation, état de stress aigu et de stress post-traumatique ;

  • Manifestations dépressives

    Tristesse, irritabilité, diminution marquée de l’intérêt pour les activités habituelles, manque de concentration, perte d’estime de soi, repli sur soi, sentiment d’impuissance et de culpabilité, idéation suicidaire ;

  • Troubles du sommeil

    Difficulté d’endormissement, cauchemars et terreurs nocturnes ;

  • Troubles du comportement

    Comportement mature inapproprié pour l’âge, comportement régressif, opposition, agitation, agressivité, colère ;

  • Difficultés ou problèmes scolaires

    Difficultés de concentration, chute du rendement scolaire, troubles d’apprentissage, absentéisme, problèmes relationnels avec les pairs et les adultes ;

  • Problèmes physiques et psychosomatiques

    Maux de tête, maux de ventre, troubles de la fonction d’élimination (encoprésie, énurésie), trouble de l’alimentation (anorexie, boulimie).

Comment devenir un meilleur parent ?

Pour devenir un meilleur parent, la 1ère étape est de demander de l’aide !

Saviez-vous que nous sommes...
Parmi les meilleurs hôpitaux spécialisés dans le monde selon le classement Newsweek.
Newsweek
1er établissement québécois de santé des meilleurs employeurs canadiens au palmarès Forbes.
Forbes
À propos de cette page
Mise à jour le 3 mars 2015
Créée le 27 mai 2014
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine