Michaël

Le Mur d'espoir

Né le 4 octobre 1991 à 25 semaines de gestation

Pesait 760 grammes à la naissance A passé 8 mois en néonatalogie

Naissance

La mère de Michaël a eu un début de grossesse heureux et sans histoire. Les premières contractions ont été une surprise et comme c’était son premier enfant, elle ne comprenait pas trop qu’elle puisse avoir autant de contractions alors qu’il restait encore 16 semaines avant la venue de son bébé.

Son médecin l’a rapidement transférée à l’Hôpital Sainte-Justine pour tenter de ralentir le travail, mais le 4 octobre, le travail s’est intensifié et ce petit bonhomme de 760 grammes arrivait dans le monde des grands. À sa naissance, l’immaturité de ses poumons, son faible poids et sa prématurité faisaient de lui un petit être bien fragile.

Hospitalisation

Les jours suivants la naissance ont été très difficiles. Il perdait sans arrêt du poids et son cœur fonctionnait de plus en plus difficilement. Le canal artériel de son cœur refusait de se refermer. L’équipe médicale souhaitait attendre que Michaël ait atteint 900 grammes avant de ligaturer le canal artériel, mais son état de plus en plus instable a obligé l’équipe médicale à agir plus rapidement.

Le 8 décembre, après plusieurs tentatives de sevrer Michaël du respirateur, il a accroché le tube et s’est extubé. Cette fois ce fut la bonne. Michaël a évité de justesse la trachéotomie et ses parents remercient la vie pour chaque victoire.

En mai 1992, Michaël et ses parents quittaient l’hôpital avec une bonbonne d’oxygène sous le bras, un saturomètre sous l’autre et la liste des rendez-vous de suivis médicaux en poche.

Aujourd'hui

Âgé de 27 ans, Michaël est assistant de recherche, il aime voyager, rencontrer des gens et pratique plusieurs sports dont la course à pied.

TÉMOIGNAGE DES PARENTS...

Denis & Renée
Nous étions de jeunes parents de 23 et 25 ans, sans expérience, mais responsables de ce petit être branché à un respirateur, à un moniteur cardiaque et à des intraveineuses. Nous n’avions que des questions et bien peu de réponses. Ce minuscule bébé avait besoin de temps et nous devions être patients. Nous avions plusieurs décisions à prendre alors que nous étions si désemparés. Nous étions terrorisés.
Comme parents, nous ne sommes jamais préparés à avoir un si petit poupon et de vivre avec cette crainte de le perdre qui nous habite sans arrêt. Je crois qu’il faut surmonter les épreuves une à la fois, en parler et pleurer en masse. Il faut surtout être capable de trouver une personne qui peut entendre toutes les inquiétudes. Il faut aussi savourer chaque petite victoire et les savourer pleinement.
Les 8 mois d’hospitalisation ont été parsemés d’inquiétudes, mais aussi de joies pour chaque petit gain. Nous avons souvent eu peur des conséquences de la prématurité sur la suite de la vie de notre petit fiston et aussi pour la nôtre.
La communication et l’amour dans notre couple et le soutien de toute notre famille nous ont aidés à passer à travers les difficultés.
Les gens nous disaient souvent que nous étions courageux, mais en fait nous ne l’étions pas. Nous n’étions que des parents. Des parents qui avaient un jour décidé de défendre ce petit enfant, le nôtre. Nous avions pris l’engagement de prendre soin de Michaël dans les beaux moments comme dans les difficultés.
Ce petit bonhomme de 760 grammes nous a donné de grandes leçons sur nos capacités à surmonter les difficultés.
Un jour, il y a une lumière au bout du tunnel et il y a les sourires, les premiers pas et la première dent. Un jour, il y a un adulte, autonome, qui vit sa vie et qui nous rend tellement fiers.

TÉMOIGNAGE DE...

Michaël
J’ai toujours été une personne qui aimait bien l’école. Le seul temps où je pouvais sentir une différence sur ma santé due à la prématurité était lors des cours d’éducation physique. Je pouvais faire chaque activité sans restriction, mais il y avait une différence au niveau de la durée de l’effort.
Bien que de naître prématuré soit un défi en soi, autant pour les parents que les enfants, il me fait grandir au quotidien.


Photos

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Saviez-vous que nous sommes...
Parmi les meilleurs hôpitaux spécialisés dans le monde selon le classement Newsweek.
Newsweek
1er établissement québécois de santé des meilleurs employeurs canadiens au palmarès Forbes.
Forbes
À propos de cette page
Mise à jour le 16 novembre 2018
Créée le 8 novembre 2018
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine