Questions fréquemment posées par les patientes enceintes ou qui allaitent


Cette page permet aux professionnels de la santé de répondre aux questions fréquemment posées par les patientes.

Combien de temps dois-je arrêter mes contraceptifs oraux avant de tomber enceinte?

La prise de contraceptifs oraux ne retarde pas le retour à la fertilité. Vous pouvez donc devenir enceinte dès le premier mois suivant l'arrêt de votre contraceptif oral. Il est néanmoins conseillé d'attendre un ou deux mois afin d’avoir un cycle régulier et de pouvoir calculer l'âge gestationnel (le stade de la grossesse) en se fondant sur la date des dernières menstruations.

De plus, on conseille de prendre de une multivitamine contenant de l’acide folique à débuter de 2 à 3 mois avant la conception. Si vous venez de cesser votre contraceptif oral et que vous ne prenez pas encore d’acide folique, voilà une raison supplémentaire de retarder votre grossesse, le temps de faire vos réserves en acide folique.

Y a-t-il des risques pour mon bébé si je suis devenue enceinte alors que je prenais encore des contraceptifs oraux ?

La croyance selon laquelle la prise de contraceptifs oraux causerait des malformations au bébé est sans fondement scientifique. Le risque d’avoir un bébé qui présente des malformations congénitales si vous avez pris des contraceptifs oraux au début de votre grossesse n’est pas supérieur à celui d’une femme qui n’aurait pris aucun médicament durant sa grossesse.

On m’a dit de prendre des suppléments contenant de l’acide folique en prévision de ma grossesse. Qu’est-ce que c’est ?

L’acide folique est une vitamine du groupe B. L’acide folique est présent dans tous les aliments, mais particulièrement dans les légumes vert foncé (brocoli, épinard, laitue romaine, pois, chou de Bruxelles), les légumineuses, le foie, les fruits, et le jus d’orange.

C’est une vitamine qui se perd durant la conservation et la cuisson.
 

À quoi sert l’acide folique durant la grossesse ?

L’acide folique a un rôle essentiel dans la croissance des tissus maternels et fœtaux. L’acide folique est une vitamine essentielle au développement du système nerveux central et de la moelle épinière. Il est démontré que la prise d’acide folique avant et pendant le premier trimestre de la grossesse permet de diminuer la présence d’anomalies du tube neural comme le spina bifida. La prise d’acide folique prévient aussi d’autres anomalies congénitales (malformations cardiaques, anomalies des voies urinaires, fentes orales, anomalies des membres, sténose du pylore).

Est-ce que je dois prendre de l’acide folique si j’ai une diète équilibrée ?

En moyenne, la diète d’une femme nord-américaine lui fournit environ 0,2 mg (ou 200 µg) d’acide folique par jour, donc pas assez pour diminuer la présence d’une anomalie du tube neural.
 

Quand doit-on débuter l’acide folique ?

Le tube neural est presque tout formé lorsqu’un retard des menstruations se manifeste, donc les bienfaits de débuter l’acide folique à ce moment sont plus limités. Il est généralement recommandé de débuter l’acide folique 2 à 3 mois avant la conception et de la poursuivre jusqu’à 4 à 6 semaines après l’accouchement ou tout le temps de l’allaitement. Les recommandations actuelles stipulent que toutes les femmes en âge de concevoir devraient être informées des bienfaits de l’acide folique.

 

Est-ce grave si je ne prends pas de l’acide folique ou si je suis enceinte et que je n’ai pas pris d’acide folique ?

Les anomalies du tube neural sont présentes dans 1 grossesse sur 1000 au Canada. Les risques d’avoir une anomalie du tube neural même si vous n’avez pas pris d’acide folique restent donc faibles. Toutefois, la prise d’acide folique est recommandée pour diminuer les risques d’une anomalie du tube neural d’au moins 60%.

Si vous êtes déjà enceinte, il est probablement trop tard pour prévenir une anomalie du tube neural, mais pas trop tard pour commencer à prendre de l’acide folique pour votre santé générale, et possiblement aussi pour prévenir d’autres anomalies congénitales.

 

Quels sont les risques pour mon bébé de prendre un médicament pendant ma grossesse ?

Une période importante de développement s’appelle l’organogenèse et se déroule en début de grossesse, jusqu’à la 11e semaine de grossesse. C’est la période au cours de laquelle les membres et les organes du bébé se forment. C’est ainsi que déjà, à 11 semaines, votre bébé est presque formé et on peut distinguer entre autres ses bras et ses jambes à l’échographie. La période qui suit se déroule jusqu’à la naissance et est une période importante de croissance pour le bébé. Il va grandir, prendre du poids, ses organes vont devenir fonctionnels et son cerveau va continuer à se développer. Les risques, s’il y en a, de prendre un médicament pendant votre grossesse peuvent donc être différents selon le nombre de semaines de grossesse où vous êtes.

Même si vous ne consommez aucun médicament ou aucune autre substance, il existe un risque de base d’environ 2 % à 3 % d’avoir un enfant avec une malformation majeure. C’est à dire que de deux à trois nouveau-nés sur 100 auront une malformation majeure à la naissance. Les causes de ces anomalies peuvent être héréditaires (par exemple, la fibrose kystique), reliées à une anomalie des chromosomes (par exemple, la trisomie), reliées à une maladie ou à une infection, ou encore d’origine inconnue. Même si plusieurs d’entre nous avons des craintes à prendre un médicament pendant la grossesse, dans de rares cas seulement les médicaments sont à l’origine de problèmes pour votre futur bébé.

Il est important de savoir que plusieurs conditions de santé, comme l’hypertension, le diabète, les infections, doivent être traitées durant la grossesse. Il se peut donc que vous ayez à prendre des médicaments durant votre grossesse. Votre médecin ou votre pharmacien vont choisir le médicament qui comporte le moins de risque pour vous et votre bébé.

Je prends actuellement un médicament et je viens d’apprendre que je suis enceinte. Que dois-je faire ?

Vous devez communiquer avec le médecin qui vous a prescrit ce médicament le plus tôt possible afin de discuter de la meilleure option pour vous. Si vous êtes incapable de le rejoindre, tentez de communiquer avec votre obstétricien-gynécologue ou un autre professionnel de la santé, comme le pharmacien qui vous connaît. Dans la majorité des cas, il est préférable de poursuivre les médicaments jusqu’à ce que vous ayez pu discuter avec votre médecin. Dans certains cas, un arrêt brusque, ou sans supervision médicale, d’un médicament peut causer des malaises importants ou provoquer une aggravation de votre condition.

Quelles habitudes alimentaires devrais-je adopter durant ma grossesse?

Ce que vous mangez nourrira également votre bébé. Il s’avère donc essentiel d’obtenir tous les nutriments et toute l’énergie nécessaires afin de favoriser le développement optimal de votre enfant, tout en préservant votre état de santé. Le nouveau guide alimentaire canadien vous renseignera sur la quantité et le choix d’aliments à consommer quotidiennement. Il est suggéré d’éviter les aliments peu nutritifs tels que les croustilles, boissons gazeuses, biscuits. L’apport en caféine doit aussi être diminué à 2 tasses de café quotidiennement.

Si vous êtes végétarienne, suivez une diète amaigrissante ou avez des restrictions alimentaires (maladie du gluten, maladie de Crohn, colite ulcéreuse) certaines modifications de votre alimentation seront peut-être nécessaire. Avant d’apporter des ajustements ou de prendre des suppléments de vitamines et de minéraux, discutez-en avec votre diététiste ou le professionnel qui suit votre grossesse.

Depuis que je suis enceinte, je limite ma consommation d’alcool à un verre de vin ou deux par fin de semaine, est-ce que c’est correct ?

L’alcool que vous consommez se rend rapidement à votre bébé. Les risques liés à cette exposition sont non négligeables et incluent des anomalies physiques (malformations au niveau du visage entre autres), mentales (retard de développement) et comportementales. Les risques sont plus élevés lors de consommation continue ou importante. Toutefois, on ne sait pas à partir de quelle quantité des dommages peuvent apparaître. Ainsi, par mesure de prudence, il est recommandé aux femmes enceintes ou qui prévoient l’être de s’abstenir complètement de consommer de l’alcool.

Si vous aviez consommé de l’alcool en ne sachant pas que vous étiez enceinte, le risque lié à cette exposition est probablement absent ou petit si de faibles quantités étaient consommées occasionnellement, mais vous devriez vous abstenir de consommer de l’alcool pour le reste de votre grossesse.

Si vous pensez avoir un problème de consommation d’alcool, discutez-en avec un professionnel de la santé qui pourra aussi au besoin vous dirigez vers quelqu’un qui pourra vous aider. La grossesse offre une opportunité d’apporter des améliorations dans vos habitudes de vie.

Est-ce que je dois m’inquiéter de mon poids ?

Les risques de souffrir d’hypertension et de diabète par exemple sont augmentés si vous faites de l’embonpoint. Si vous avez besoin de perdre du poids, profitez-en pour le faire avant la grossesse. Les diètes amaigrissantes ne sont pas recommandées durant la grossesse. Vous pouvez consulter une diététiste qui pourra vous aider dans l’atteinte de votre poids santé.

Est-ce que je peux faire de l’exercice physique ?

Une bonne condition physique facilitera la grossesse et l’accouchement. Vous vous sentirez mieux et vous aurez plus d’énergie. Si vous n’avez jamais fait d’exercice, il est préférable de débuter avant la grossesse. Durant la grossesse, il est recommandé d’avoir un programme d’exercice léger. Il faut éviter les exercices violents et les mouvements trop brusques. Avant de débuter un programme d'exercices, il est important d'en discuter avec le professionnel qui suite votre grossesse afin de savoir ce qui est le mieux adapté pour vous.

Je suis enceinte et fume environ 10 à 15 cigarettes par jour. Est-ce vraiment grave de continuer à fumer pendant ma grossesse?

La cigarette contient plus de 4000 substances toxiques. La nicotine rétrécit les vaisseaux sanguins et diminue ainsi les éléments nutritifs et l’oxygène se rendant au bébé. Le monoxyde de carbone diminue aussi la quantité d’oxygène se rendant au bébé. L’effet de cette privation augmente le risque de présenter des complications pendant la grossesse, par exemple :

  • Souffrance fœtale qui se reflète souvent par un plus petit poids à la naissance et entraîne un risque augmenté d’accouchement plus difficile pour le bébé et de problèmes de santé après sa naissance
  • Naissance prématurée
  • Saignements pendant la grossesse, anomalies du placenta
  • Rupture prématurée des membranes («rupture de la poche des eaux»)

Même quelques cigarettes par jour peuvent être dommageables. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour cesser de fumer pendant la grossesse. C’est l’un des plus beaux cadeaux que vous puissiez faire à votre enfant !

Aide à l’arrêt tabagique :
L’idéal est d’arrêter de fumer sans thérapie de remplacement de la nicotine. Si cela vous semble impossible, certaines options s’offrent à vous. L’utilisation de timbre ou de gomme de nicotine peut donner un support suffisant pour vous aider à arrêter de fumer. Il y aura une exposition à la nicotine, cependant vous n’exposerez pas votre enfant aux autres substances toxiques ainsi qu’au monoxyde de carbone. Avant tout, il est important d’en discutez avec votre le professionnel qui suit votre grossesse ou votre pharmacien.

Consultez Info Tabac
 

Puis-je prendre des médicaments en vente libre quand je suis enceinte ?

Plusieurs malaises sont courants chez les femmes enceintes tels la constipation, les hémorroïdes, les brûlements gastrique et le reflux gastro-oesophagien. Les douleurs et le rhume sont aussi courants. Il est généralement possible de traiter ces problèmes avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Cependant, il y a plusieurs facteurs individuels à prendre en compte afin de bien choisir un produit, alors il est important de consulter votre médecin ou votre pharmacien avant d’utiliser quoi que ce soit.

Il existe un petit guide grossesse et allaitement, dont les directrices d’éditions sont Ema Ferreira, Brigitte Martin et Caroline Morin, pharmaciennes de la Chaire pharmaceutique Famille Louis-Boivin, et destiné aux femmes qui planifient une grossesse, qui sont enceintes ou qui allaitent. Il contient des conseils sur les médicaments et autres produits couramment utilisés.

Le petit guide est disponible en format électronique téléchargeable sur le site du centre IMAGe: cliquez ICI pour le télécharger.

Puis-je prendre des produits naturels si je suis enceinte ?

Il n’est pas recommandé de prendre des produits naturels car il n’existe que peu ou pas de données sur l’innocuité de ces produits durant la grossesse. Il faut bien comprendre que le fait qu’une préparation soit « naturelle » ne signifie pas qu’elle ne comporte pas de danger. En effet, les herbes peuvent être des substances médicamenteuses et avoir des effets pharmacologiques et même toxiques. Plusieurs médicaments dérivent des plantes (par exemple l’aspirine) et certaines pourraient avoir un impact considérable sur votre santé et celle de vote bébé.

Pour toutes ces raisons, il est préférable de vous abstenir de consommer des produits naturels durant votre grossesse. Consultez le professionnel qui suit votre grossesse ou votre pharmacien si vous avez pris des produits naturels avant de savoir que vous étiez enceinte.

 

J'allaite mon bébé: est-ce une méthode contraceptive suffisante ?

L’efficacité de l’allaitement comme méthode contraceptive durant la période postnatale varie selon le type d'allaitement. Il y a trois conditions essentielles qui doivent être remplies pour que l’allaitement soit considéré comme une méthode contraceptive efficace :

  • Votre bébé doit être âgé de moins de 6 mois
  • Vous ne devez pas être menstruée
  • Vous devez allaiter votre bébé de façon exclusive, c’est-à-dire jour et nuit, en ayant un maximum de 4 heures entre les boires le jour et un maximum de 6 heures entre les boires la nuit. De plus, vous ne devez pas donner d’eau, de substituts de lait maternel, de jus, ou de solides à votre bébé.

Si ces conditions sont remplies, l’allaitement a une efficacité d’environ 98% pour prévenir une grossesse. Toutefois, si une de ces conditions n’est pas remplie, le risque de grossesse est augmenté et une méthode de contraception additionnelle est recommandée. Consultez votre médecin ou votre pharmacien pour déterminer la méthode contraceptive qui vous convient.
 

Si j’allaite, quand puis-je reprendre mes contraceptifs oraux après l'accouchement ?

Les contraceptifs oraux qui contiennent des œstrogènes (comme Alessemd, Marvelonmd, Tri-Cyclenmd, et plusieurs autres) peuvent, dans certains cas, diminuer votre production de lait si vous les débutez très tôt après l’accouchement. Si vous allaitez votre enfant, il est recommandé d'attendre environ six semaines après l’accouchement avant de débuter les contraceptifs oraux. Après cette période, il y a beaucoup moins de risques que votre production de lait soit affectée par la prise des contraceptifs.

La mini-pilule à progestatif seul (Micronormd) constitue le seul contraceptif oral pouvant être débuté tout de suite après l'accouchement car il ne contient pas d'œstrogènes. Ce contraceptif n’affecte pas la production de lait. Le Depo-Proveramd (contraceptif administré par injection intramusculaire tous les 3 mois) ne contient pas d’oestrogènes et peut être débuté tout de suite après l’accouchement. Certaines femmes qui allaitent attendront aussi 6 semaines après un accouchement pour débuter la prise d’un contraceptif ne contenant qu’un progestatif.

Tous les contraceptifs hormonaux sont sécuritaires pendant l’allaitement. La quantité d’hormones qui se retrouve dans le lait maternel est très faible et plusieurs données scientifiques montrent que les enfants allaités et dont la mère prend des contraceptifs oraux grandissent et se développent tout à fait normalement.

Que faire si j’allaite mon enfant et que je dois prendre un médicament ?

La plupart des médicaments se retrouvent dans le lait maternel, mais généralement en quantités très faibles. Même si votre enfant recevra une petite quantité de médicament, cette quantité est généralement négligeable et le risque d’effets indésirables reste très faible dans la plupart des cas. La grande majorité des médicaments sont considérés comme sécuritaires durant l’allaitement.

Toutefois, il existe certains médicaments pour lesquels une prudence est conseillée durant l’allaitement. Ainsi, en tout temps, il est préférable de consulter votre pharmacien ou votre médecin avant de prendre un médicament si vous allaitez.
 

À propos de cette page
Mise à jour le 3 juin 2015
Créée le 29 mai 2014
Signaler ou faire une remarque

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine