Acétaminophène

Tylenol(md), Tempra(md), Abenol(md), paracétamol

Médicaments commençant par :

Présentation et conservation

  • Solution orale 80 mg/mL
  • Suppositoires 120 mg disponibles à la pharmacie
  • Seringues injectables préparées par la pharmacie 10 mg/mL
  • Conserver à température ambiante
  • Bibliothèque SIN : acéta10

 

ATTENTION
La formulation intraveineuse n’est pas disponible aux unités de néonatologie en dehors des heures d’ouverture de la pharmacie : administrer le médicament par voie intrarectale si le traitement doit être débuté la nuit

Il existe plusieurs présentations et concentrations d’acétaminophène, et ce médicament présente un haut risque de toxicité en cas de surdosage : toujours valider la dose et le volume à administrer; l’administration par voie intraveineuse requiert une double vérification indépendante


Indications

Analgésique/Antipyrétique

Analgésie : utilisé seul pour les douleurs d’intensité légère à modérée, et en association avec des opiacés, comme coanalgésique, pour les douleurs plus sévères (p. ex. : douleurs postopératoires)

Réduction de la fièvre (p. ex. : après la vaccination)

Fermeture du canal artériel lorsque l’ibuprofène est contre-indiqué, ou en traitement de sauvetage tardif chez un nouveau-né plus âgé (p. ex. : trois semaines de vie ou plus)


Mécanisme d'action

Analgésique non opiacé agissant au système nerveux central par inhibition de la portion POX de l’enzyme prostaglandine H2 synthétase, mais sans activité anti-inflammatoire significative; d’autres mécanismes d’action ont également été proposés pour expliquer l’effet analgésique

Diminution de la production de prostaglandines qui maintiennent le canal artériel ouvert, ce qui pourrait expliquer l’effet sur la fermeture du canal artériel

L’acétaminophène n’a pas de propriétés sédatives


Doses

Analgésie et réduction de la fièvre

Donner régulièrement pour la coanalgésie postopératoire en épargne opioïde, et PRN pour le soulagement de la douleur ponctuelle et la réduction de la fièvre

ATTENTION
L’innocuité n’a pas été bien établie pour des doses répétées chez des enfants très prématurés (moins de 32 semaines d’âge postmenstruel)

Les doses et intervalles posologiques recommandés varient en fonction de la voie d’administration en raison des différences de biodisponibilité

L’acétaminophène injectable est réservé aux patients NPO strict : prescrire en utilisant la FOPRI – 2037 – Acétaminophène IV pour la douleur et la fièvre en néonatologie

  • Âge postmenstruel < 28 semaines
    • Non recommandé en raison des données cliniques et pharmacocinétiques très limitées
  • Âge postmenstruel 28 à < 32 semaines
    • Voie orale : 10 mg/kg/dose PO q 8 h
    • Voie intrarectale : 20 mg/kg/dose IR q 12 h
    • Voie intraveineuse : 7,5 mg/kg/dose IV q 8 h
  • Âge postmenstruel 32 à < 44 semaines
    • Voie orale : 12,5 mg/kg/dose PO q 6 h
    • Voie intrarectale : 20 mg/kg/dose IR q 8 h
    • Voie intraveineuse : 10 mg/kg/dose IV q 6 h
  • Âge postmenstruel ≥ 44 semaines
    • Voie orale : 15 mg/kg/dose PO q 4 à 6 h (maximum 5 doses par jour)
    • Voie intrarectale : 20 mg/kg/dose IR q 6 h
    • Voie intraveineuse : 15 mg/kg/dose IV q 6 h

L’absorption par voie IR est erratique et retardée; cette voie d’administration est réservée au traitement d’une douleur légère (p. ex. : inconfort sous prostaglandines) ou d’une fièvre chez un patient qui ne peut recevoir l’acétaminophène par voie orale

Fermeture du canal artériel

L’efficacité de l’acétaminophène pour cette indication n’a pas été bien établie chez les enfants de moins de 28 semaines gestationnelles : son utilisation est réservée aux enfants qui présentent des contre-indications au traitement standard (l’ibuprofène) et à ceux qui requièrent un traitement de sauvetage tardif (p. ex. : âge postnatal ≥ 3 semaines)

PO

  • 15 mg/kg/dose q 6 h pendant 3 jours

IV

L’acétaminophène injectable est réservé aux patients NPO strict : prescrire en utilisant la FOPRI Acétaminophène pour la fermeture du canal artériel en néonatologie

  • 15 mg/kg/dose q 6 h pendant 3 jours

Le traitement PO ou IV peut être répété une fois si le canal artériel reste hémodynamiquement significatif après la première cure, en l’absence de signes d’hépatotoxicité


Préparation, administration et compatibilités

PO

Donner avec un boire ou un gavage

Pour les enfants prématurés qui ne sont pas pleinement alimentés par voie entérale, diluer chaque mL dans au moins 5 mL (vt) d’eau stérile et donner avec un boire ou un gavage pour diminuer l’irritation digestive

Intrarectal

Utiliser la solution orale en administration intrarectale; si la dose correspond à 60 mg/dose, utiliser les suppositoires à 120 mg/suppositoire, à couper en deux (suppositoires disponibles à la pharmacie)

IV

Donner en 15 minutes

 

Solutés compatibles
D5%, NaCl 0,9%

Compatibilités en dérivé (en Y)
Amiodarone, amoxicilline – acide clavulanique, azithromycine, bicarbonate de sodium, calcium (gluconate), ceftriaxone, ciprofloxacine, clindamycine, dexmédétomidine, dobutamine, dopamine, épinéphrine, famotidine, fentanyl, fluconazole, furosémide, héparine, insuline régulière, linézolide, magnésium (sulfate), micafungine, midazolam, milrinone, morphine, norépinéphrine, octréotide, pipéracilline – tazobactam, potassium (chlorure), rocuronium, soluté avec électrolytes, vancomycine, zidovudine

Incompatibilités en dérivé (en Y)
Acyclovir, phénytoïne

Alimentation parentérale et lipides en dérivé (en Y)
Compatible


Effets indésirables

Généralement bien toléré

Administration par voie IV : hypotension (peu fréquent; s’assurer d’une volémie suffisante), douleur au site d’injection

Rarement : intolérance digestive, éruption cutanée, leucopénie, neutropénie, thrombocytopénie

Le surdosage entraîne une hépatotoxicité potentiellement grave : un traitement avec l’antidote doit être débuté rapidement

ANTIDOTE
Acétylcystéine : consulter le centre antipoison et le site « Les antidotes en toxicologie » de l’INSPQ pour le protocole recommandé; communiquer avec un·e pharmacien·ne pour les aspects relatifs à l’administration


Suivi

Tolérance digestive (si administration PO), tension artérielle (si administration par voie IV), site d’injection (si administration par voie IV périphérique), ALT (en cas d’administration prolongée ou lors de l’utilisation pour la fermeture du canal artériel)

Réévaluer quotidiennement la nécessité d’un traitement donné strict, car l’innocuité de l’utilisation régulière pendant plus de 3 jours n’a pas été bien évaluée chez les nouveau-nés, particulièrement chez les enfants prématurés

Lorsque l’acétaminophène est utilisé pour la fermeture du canal artériel, dans certains cas (p. ex. : bébé de moins de 28 semaines gestationnelles ET moins de 10 jours de vie; hyperbilirubinémie au-dessus des seuils de photothérapie, possiblement associée à une élimination ralentie de l’acétaminophène), la mesure de la concentration plasmatique (4 heures postdose) peut guider l’ajustement posologique et le suivi : consulter un·e pharmacien·ne


Contre-indications et précautions

Contre-indications

  • Atteinte hépatique grave
  • Anurie : la formulation injectable commercialisée au Canada contient de la povidone K12, un excipient qui s’élimine par voie rénale; les conséquences potentielles de l’accumulation de cet excipient (p. ex. : maladie de surcharge) chez un enfant anurique ne sont pas connues

Précautions

  • Envisager avec prudence les traitements prolongés (risque accru d’hépatotoxicité)
  • En cas d’atteinte hépatique légère à modérée, éviter, ou utiliser les doses minimales recommandées et limiter la durée d’utilisation, en particulier si des facteurs de risque supplémentaires d’hépatotoxicité sont présents : consulter un·e  pharmacien·ne. Facteurs de risque d’hépatotoxicité :
    • Dénutrition ou nutrition parentérale prolongée
    • Autres médicaments hépatotoxiques (p. ex. : fluconazole)
    • Médicaments inducteurs enzymatiques (p. ex. : phénobarbital, phénytoïne, rifampicine)
  • Envisager avec prudence en cas d’atteinte rénale significative : limiter la durée d’utilisation; des ajustements posologiques peuvent également être requis : consulter un·e  pharmacien·ne
  • Utiliser la dose minimale en cas de déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD), et éviter le recours à l’acétaminophène pour la fermeture du canal artériel, étant donné les doses élevées préconisées
  • Limiter la durée d’utilisation en cas d’hyperbilirubinémie nécessitant une photothérapie : la clairance de l’acétaminophène peut être diminuée
  • Envisager l’administration par voie IV avec prudence en cas d’hypovolémie non corrigée ou d’hypotension préexistante

Pour en savoir plus
À propos de cette page
Mise à jour le 2 juin 2022
Créée le 19 octobre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine