CefTRIAXone

Rocephin(md)

Médicaments commençant par :
  • RU

Présentation et conservation

  • Seringues injectables préparées par la pharmacie 20 mg/mL
  • Fioles injectables 1 g disponibles dans les cabinets, pour utilisation en dehors des heures d’ouverture de la pharmacie
  • Conserver à température ambiante
  • Bibliothèque SIN : ceftriaxone

ATTENTION
Également préparé en seringues injectables 100 mg/mL pour les autres unités de soins du CHU Sainte-Justine


Indications

Antibiotique/Céphalosporine de troisième génération

ATTENTION
La ceftriaxone est utilisée en dernière ligne de traitement en raison des multiples contre-indications à son utilisation durant la période néonatale (voir section Contre-indications et précautions)

Traitement des infections, y compris des méningites, causées par des bactéries Gram négatif sensibles comme H. influenzae, Proteus sp., E. coli, Klebsiella sp., et de certaines bactéries Gram positif

Infection gonococcique ophtalmique ou traitement prophylactique d’un nouveau-né de mère atteinte de gonorrhée non traitée, sans infection disséminée

Le principal avantage de la ceftriaxone par rapport à la céfotaxime se situe sur le plan de la pharmacocinétique (élimination prolongée permettant une administration uniquotidienne)

Antibiotique à usage restreint au CHU Sainte-Justine : une autorisation verbale ou écrite du médecin du service des maladies infectieuses doit être obtenue dans les 24 heures suivant le début du traitement, sauf dans le cas d’une dose unique


Mécanisme d'action

Bactéricide par inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne


Doses

IV (préférée), IM* (en l’absence de voie IV)

Infection sans atteinte méningée

  • 50 mg/kg/dose q 24 h

 

Méningite

  • < 14 jours : 50 mg/kg/dose q 24 h
  • ≥ 14 jours : 100 mg/kg/dose x 1 dose, puis 80 à 100 mg/kg/dose q 24 h

La céfotaxime est la céphalosporine recommandée pour le traitement des méningites néonatales en raison de l’expérience d’utilisation et du profil de tolérance plus favorable

 

Prévention des infections gonococciques non disséminées
Infection gonococcique ophtalmique

  • 25 à 50 mg/kg/dose x 1 (maximum 125 mg)

La céfotaxime (100 mg/kg/dose IV x 1) est la solution de rechange proposée par la Société canadienne de pédiatrie pour les enfants recevant du calcium IV et pour qui la ceftriaxone est contre-indiquée

Dans le cas d’une infection disséminée, la céfotaxime est l’antibiotique recommandé dans les lignes directrices canadiennes

 

*Pour une administration IM, la fiole de ceftriaxone peut être reconstituée avec de la lidocaïne 1% afin de réduire la douleur associée à l’injection; une prescription est requise


Préparation, administration et compatibilités

IV

  • Donner en 30 minutes
  • Rincer lentement
  • La solution injectable peut devenir foncée avec le temps : vérifier la date d’expiration

 

Si le traitement est débuté en dehors des heures d’ouverture de la pharmacie, utiliser les fioles injectables de 1 g :

  • Dilution primaire : 1 g/fiole + 9,6 mL d'eau = 100 mg/mL
  • Redilution pour administration : diluer chaque mL dans au moins 5 mL (vt) de soluté (concentration finale 20 mg/mL) et donner en 30 minutes

 

IM

Utiliser les fioles de 1 g avec la dilution suivante :

  • Dilution primaire : 1 g/fiole + 2,2 mL d'eau stérile = 350 mg/mL
  • Peut être reconstitué avec lidocaïne 1% (solution injectable sans agent de conservation), en remplacement de l’eau stérile, si prescrit
  • Volume maximal par site d’administration (néonatologie): 0,5 mL

ATTENTION
S’assurer d’une injection intramusculaire et non intravasculaire : cf. la technique en soins infirmiers# 8.6, INJECTION INTRAMUSCULAIRE, août 2014 : « De la main dominante, tirer doucement sur le piston afin de générer une légère aspiration puis relâcher. Si du sang apparaît dans la seringue, retirer l’aiguille, jeter la seringue et son contenu et reprendre la procédure. »

 

ATTENTION
Contre-indiqué chez tout nouveau-né recevant du calcium IV; incompatible avec toute forme de calcium IV (p. ex. : lactate Ringer, soluté avec électrolytes utilisé couramment en néonatologie, alimentation parentérale)

Solutés compatibles 

D5%, D10%, NaCl 0,9%

Compatibilités en dérivé (en Y)
Acyclovir, bicarbonate de sodium, dexmédétomidine, dopamine, épinéphrine, héparine, linézolide, métronidazole, morphine, norépinéphrine, potassium (chlorure), vitamine K1, zidovudine

Incompatibilités en dérivé (en Y)
Calcium (toute forme IV), clindamycine, dobutamine, fluconazole, ganciclovir, soluté avec électrolytes, vancomycine

Alimentation parentérale et lipides en dérivé (en Y) 
Incompatible


Effets indésirables

Généralement bien toléré;  altération de la flore gastro-intestinale (diarrhée), réaction locale au point d'injection (douleur, induration), accentuation de l’hyperbilirubinémie non conjuguée, anomalies hématologiques (éosinophilie, thrombocytose,  leucopénie) rarement décrites, anémie hémolytique (rare), hépatotoxicité (rare), cholestase ou interférence avec l’excrétion biliaire (« boue biliaire »); les réactions d’hypersensibilité (éruption cutanée, urticaire, fièvre) sont rares chez les nouveau-nés

Un traitement prolongé augmente le risque d’infection fongique

Un surdosage peut abaisser le seuil de convulsion


Suivi

Bilirubine directe, AST, ALT, GGT, phosphatase alcaline

Site d’injection (si administration par voie périphérique)


Contre-indications et précautions

Contre-indications

ATTENTION
Contre-indiqué chez les patients recevant du calcium par voie intraveineuse (ou qui auront probablement besoin de calcium par voie intraveineuse), y compris le calcium administré par les solutés d’alimentation parentérale ou les solutés couramment utilisés en néonatologie (p. ex. : soluté D10% « 3-2-4 », lactate Ringer en retour de salle d’opération) : risque de formation de cristaux si la ceftriaxone entre en contact avec le calcium, avec risque de déposition au niveau vasculaire (particulièrement rénal et pulmonaire), et de décès

Consulter le pharmacien pour déterminer les délais requis entre la dernière dose de ceftriaxone et la reprise de calcium par voie IV, si nécessaire

 

ATTENTION
In vitro, la ceftriaxone déloge de façon significative la bilirubine non conjuguée de l'albumine : utiliser un autre antibiotique pour traiter un nouveau-né hyperbilirubinémique

 

Précautions

Cholestase ou insuffisance hépatique : la ceftriaxone s’élimine par voie biliaire et on a observé de la « boue biliaire » à l’échographie chez des nouveau-nés traités par ceftriaxone, possiblement en raison d’une précipitation avec le calcium dans le tractus biliaire

Ajustements posologiques requis en cas d’insuffisance rénale sévère accompagnée d’une insuffisance hépatique

Pour en savoir plus

Bradley JS, Wassel RT, Lee L, et al. Intravenous ceftriaxone and calcium in the neonate : assessing the risk for cardiopulmonary adverse events. Pediatrics 2009;123:e-609-13.

Monte SV, Prescott WA Jr, Johnson KK, et al. Safety of ceftriaxone sodium at extremes of age.Expert Opin Drug Saf 2008;7(5):515-23.

Santé Canada. Renseignements importants en matière d’innocuité émis par Santé Canada concernant la ceftriaxone – Avis aux hôpitaux. Octobre 2009. En ligne : http://healthycanadians.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2009/14535a-fra.php

À propos de cette page
Mise à jour le 21 février 2017
Créée le 29 décembre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine