Dexaméthasone

Decadron(md)

Médicaments commençant par :

Présentation et conservation

  • Seringues orales préparées par la pharmacie 1 mg/mL
  • Seringues injectables préparées par la pharmacie 1 mg/mL
  • Fioles injectables préparées par la pharmacie 1 mg/mL, 1,2 mL, disponibles dans les cabinets, pour utilisation en dehors des heures d’ouverture de la pharmacie
  • Conserver à température ambiante

ATTENTION 
Il existe d’autres concentrations au CHU Sainte-Justine, mais elles ne sont pas utilisées en néonatologie


Indications

Anti-inflammatoire/Corticostéroïde

Traitement des pneumopathies chroniques et autres conditions inflammatoires

Diminution de l’œdème laryngé


Mécanisme d'action

Propriétés glucocorticoïdes sans effet minéralocorticoïde; diminution de la réponse inflammatoire par inhibition de la migration des leucocytes et de la production des médiateurs de l’inflammation; amélioration de la réponse aux catécholamines endogènes; augmentation de la production de surfactant


Doses

Traitement des pneumopathies chroniques

PO, IV

Protocole DART (Dexamethasone : A Randomized Trial) :

  • 0,15 mg/kg/jour en 2 doses (q 12 h) x 3 jours, puis
  • 0,1 mg/kg/jour en 2 doses (q 12 h) x 3 jours, puis
  • 0,05 mg/kg/jour en 2 doses (q 12 h) x 2 jours, puis
  • 0,02 mg/kg/jour en 2 doses (q 12 h) x 2 jours

Des doses initiales supérieures (p. ex. : 0,3 à 0,5 mg/kg/jour) avec des sevrages sur une plus longue durée ont été associées à davantage d’effets indésirables et ne sont pas recommandées

 

Diminution de l’œdème laryngé

IV, PO

0,25 mg/kg/dose q 8 à 12 h pour 3 doses, à débuter 4 à 6 h avant une extubation prévue; des doses plus faibles pourraient être envisagées pour des enfants prématurés


Préparation, administration et compatibilités

PO

Donner avec un boire ou un gavage

IV

IV direct, en 1 à 2 minutes, sans redilution

 

Solutés compatibles
D5%, D10%, NaCl 0,9%

Compatibilités en dérivé (en Y)
Non applicable

Incompatibilités en dérivé (en Y)
Non applicable

Alimentation parentérale et lipides en dérivé (en Y)
Non applicable


Effets indésirables

Hyperglycémie, glycosurie, hypertension, saignements et perforations digestives, rétention sodée, vulnérabilité accrue aux infections, hypokaliémie, hypocalcémie, bradycardie (doses élevées), leucocytose, irritabilité

À plus long terme : cardiomyopathie hypertrophique, retard de croissance staturopondérale et cérébrale, ostéopénie, insuffisance surrénalienne; toxicité neurodéveloppementale associée à la dose, la durée de traitement et l’âge de l’enfant au moment de débuter le traitement


Suivi

Glycémie, sang dans les aspirations gastriques ou dans les selles, tension artérielle, ionogramme, courbes de croissance, suivi phosphocalcique sanguin et urinaire en cas de traitement prolongé; besoins en oxygène, paramètres ventilatoires, gaz sanguins (indications respiratoires)

Suivi de l’intégrité de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien

  • Après moins de 14 jours de corticostéroïdes à dose supraphysiologique (p. ex. : dexaméthasone selon le protocole DART chez un patient n’ayant pas reçu d’autres corticostéroïdes)
    • Pas d’indication pour un traitement à l’hydrocortisone physiologique, ni pour un test de stimulation à la cosyntrophine
    • Aucune précaution particulière; envisager des doses de stress d’hydrocortisone en cas d’hypoglycémie ou d’anomalie électrolytique inexpliquées, ou d’une hypotension réfractaire
  • Après 14 à 22 jours de corticostéroïdes à dose supraphysiologique
    • Faire un test de stimulation à la cosyntrophine 48 à 72 heures après la fin des corticostéroïdes OU
      Utiliser la FOPRI – 2047 – Hydrocortisone à dose physiologique en néonatologie pour prescrire l’hydrocortisone pendant une durée au moins équivalente à la durée totale des corticostéroïdes à dose supraphysiologique; faire ensuite un test de stimulation à la cosyntrophine
    • Tant que la fonction surrénalienne n’a pas été évaluée : donner des doses de stress d’hydrocortisone en cas d’infection, de fièvre, de stress ou de chirurgie
    • Dans les 6 à 12 mois qui suivent l’arrêt des corticostéroïdes, même en présence d’une bonne réponse au test de stimulation à la cosyntrophine : indiquer au dossier l’exposition prolongée aux corticostéroïdes afin de prévoir des doses de stress d’hydrocortisone en cas de stress important (p. ex. : chirurgie majeure)
    • Remettre aux parents le dépliant du CHU Sainte-Justine « Le sevrage des corticostéroïdes – Guide à l’intention des parents »
  • Après plus de 22 jours de corticostéroïdes à dose supraphysiologique
    • Utiliser la FOPRI – 2047 – Hydrocortisone à dose physiologique en néonatologie pour prescrire l’hydrocortisone pendant une durée au moins équivalente à la durée totale des corticostéroïdes à dose supraphysiologique; faire ensuite un test de stimulation à la cosyntrophine
    • Tant que la fonction surrénalienne n’a pas été évaluée : donner des doses de stress d’hydrocortisone en cas d’infection, de fièvre, de stress ou de chirurgie
    • Dans les 6 à 12 mois qui suivent l’arrêt des corticostéroïdes, même en présence d’une bonne réponse au test de stimulation à la cosyntrophine : indiquer au dossier l’exposition prolongée aux corticostéroïdes afin de prévoir des doses de stress d’hydrocortisone en cas de stress important (p. ex. : chirurgie majeure)
    • Remettre aux parents le dépliant du CHU Sainte-Justine « Le sevrage des corticostéroïdes – Guide à l’intention des parents »


Contre-indications et précautions

Contre-indications

Traitement concomitant avec ibuprofène ou indométacine (risque augmenté de perforation digestive)

Infection fongique invasive

Les vaccins vivants atténués (p. ex. : Rotarixmd) sont contre-indiqués chez les enfants recevant des doses immunosuppressives prolongées de corticostéroïdes

 

Précautions

Utiliser avec prudence si infection, hyperglycémie, hypertension ou bradycardie préexistantes

Les doses sont diminuées graduellement en tenant compte de la persistance des symptômes de la maladie pulmonaire et de façon à éviter la suppression de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien associée à un arrêt brusque après un traitement prolongé

Pour en savoir plus

Doyle LW, Cheong JL, Hay S, et al. Late (≥ 7 days) systemic postnatal corticosteroids for prevention of bronchopulmonary dysplasia in preterm infants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2021, Issue 11. Art. No.: CD001145. DOI: 10.1002/14651858.CD001145.pub5.

Doyle LW, Davis PG, Morley CJ, et al. Low-dose dexamethasone facilitates extubation among chronically ventilator-dependent infants: A multicenter, international, randomized, controlled trial. Pediatrics 2006;117(1):75-83.

Htun ZT, Schulz EV, Desai RK, et al. Postnatal steroid management in preterm infants with evolving bronchopulmonary dysplasia. J Perinatol 2021;41(8):1783-96.

Lemyre B, Dunn M, Thebaud B. L’administration postnatale de corticostéroïdes pour prévenir ou traiter la dysplasie bronchopulmonaire chez les nouveau-nés prématurés. Paediatr Child Health 2020;25(5):327–31.

À propos de cette page
Mise à jour le 15 juin 2022
Créée le 23 novembre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine