DexmédéTOMidine

Precedex(md)

Médicaments commençant par :
  • FOPR
  • RU
  • HR

Présentation et conservation

  • Fioles injectables 100 mcg/mL, 2 mL
  • HAUT RISQUE : L’utilisation de ce médicament requiert une surveillance étroite; toujours valider la dose et la concentration à administrer par une double vérification indépendante
  • Conserver à température ambiante
  • Bibliothèque SIN : dexmédétomidine 2 mcg/mL et 4 mcg/mL


Indications

Agoniste alpha-adrénergique/Sédatif et analgésique

Analgésie et sédation chez les patients stables hémodynamiquement

Étant donné le recul clinique limité en néonatologie et le coût supérieur de la dexmédétomidine par rapport à d’autres options disponibles (p. ex. : fentanyl, morphine, lorazépam), la dexmédétomidine n’est pas un agent de première ligne

Comparativement aux opiacés (p. ex. : fentanyl, morphine), la dexmédétomidine offre une analgésie et une sédation par des mécanismes d’action différents, sans causer de dépression respiratoire cliniquement significative ni d’iléus; elle permet aussi un effet d’épargne sur les doses d’opiacés

Comparativement à la clonidine, un autre agoniste alpha-adrénergique, la dexmédétomidine cause moins d’effets indésirables hémodynamiques et offre une analgésie et une sédation plus importantes; en raison de son coût moindre, la clonidine est préférée lorsque possible, si la voie orale est utilisable


Mécanisme d'action

Stimulation des récepteurs alpha-adrénergiques, avec une haute spécificité pour les récepteurs alpha-2 (dexmédétomidine considérée 8 fois plus sélective aux récepteurs alpha-2 que la clonidine); sédation (action cérébrale), analgésie (action sur la corne dorsale de la moelle épinière)


Doses

Perfusion IV continue

  • Dose de charge : 0,2 à 0,5 mcg/kg en 20 minutes
  • Posologie initiale habituelle : 0,1 à 0,3 mcg/kg/heure
  • Écart posologique habituel : 0,1 à 1 mcg/kg/heure

Les doses initiales plus faibles devraient être préférées pour les patients plus jeunes et immatures

En raison de la demi-vie d’élimination prolongée et variable de la dexmédétomidine en néonatologie, le plein effet d’une perfusion ou d’une augmentation de débit peut se manifester après plusieurs heures; lorsqu’une perfusion est débutée, une dose de charge peut être requise afin de procurer un soulagement rapide

La dose doit être individualisée au cas par cas et titrée selon la réponse; une augmentation progressive de la dose par paliers de 0,1 mcg/kg/heure q 8 à 12 h est suggérée

À moins d’un effet indésirable (p. ex. : bradycardie sévère), on peut réduire la dose par paliers de 0,1 mcg/kg/heure q 8 à 12 h et surveiller l’apparition de douleur (scores de douleur) ou de réaction de sevrage (hypertension, tachycardie, agitation). Une diminution plus lente pourrait être requise après une semaine de traitement et un relais à la clonidine orale peut être envisagé : consulter un pharmacien

La dexmédétomidine facilite le sevrage des opiacés; cependant, comme son usage prolongé est peu documenté en néonatologie, individualiser la séquence de sevrage (dexmédétomidine/opiacé)


Préparation, administration et compatibilités

Perfusion IV continue

Administrer la dose de charge en 20 minutes

 

Préparation selon FOPR

  • Concentration finale 2 mcg/mL
    • 100 mcg = 1 mL de dexmédétomidine 100 mcg/mL + 49 mL de soluté (50 mL vt)
  • Concentration finale 4 mcg/mL
    • 200 mcg = 2 mL de dexmédétomidine 100 mcg/mL + 48 mL de soluté (50 mL vt)

 

Solutés compatibles
D5%, NaCl 0,9%

Compatibilités en dérivé (en Y)
Acétate de sodium, acyclovir, amiodarone, azithromycine, bicarbonate de sodium, ceftriaxone, ciprofloxacine, clindamycine, dobutamine, dopamine, épinéphrine, fentanyl, fluconazole, ganciclovir, héparine, insuline régulière (données limitées pour la solution d’acides aminés utilisée comme diluant; si possible, ne pas mettre en dérivé, mais acceptable si la situation clinique le requiert), linézolide, magnésium (sulfate), métronidazole, midazolam, milrinone, morphine, norépinéphrine, pipéracilline – tazobactam, ranitidine (aux concentrations utilisées dans l’alimentation parentérale), soluté avec électrolytes, vancomycine, zidovudine

Incompatibilités en dérivé (en Y)
Pantoprazole

Alimentation parentérale et lipides en dérivé (en Y) 
Inspection visuelle et expérience clinique dans un autre centre hospitalier ne laissent pas présager d’incompatibilité; pas de donnée avec lipides, mais compatible avec un médicament présenté sous forme d’émulsion lipidique; si possible, ne pas mettre en dérivé, mais acceptable si la situation clinique le requiert


Effets indésirables

Sédation, hypertension transitoire (possible atteinte des récepteurs alpha-1 avec augmentation initiale de la résistance vasculaire périphérique; observée avec des doses élevées ou une administration rapide,en particulier avec la dose de charge), hypotension, bradycardie, fibrillation auriculaire, dépendance physiologique

ANTIDOTE 
Pas d’antidote spécifique; l’hypertension transitoire nécessite rarement un traitement, mais une diminution de la vitesse d’administration de la dose de charge peut parfois être requise; l’hypotension et la bradycardie peuvent nécessiter la diminution ou l’arrêt de la perfusion, l’utilisation d’agents vasopresseurs (p. ex. : dopamine ou norépinéphrine) ou l’utilisation d’anticholinergiques (p. ex. : atropine)

Signes et symptômes de sevrage (agitation, tachycardie, hypertension) lors de la diminution de dose suite à une utilisation prolongée (mal définie; quelques jours) 


Suivi

Fréquence cardiaque, tension artérielle, score de douleur, état neurologique, fréquence respiratoire, saturation

Étant donné la demi-vie d’élimination prolongée et variable de la dexmédétomidine en néonatologie, l’état d’équilibre est atteint entre 12 et 48 heures après un changement de dose

Lorsque possible, les traitements pharmacologiques analgésiques ou sédatifs doivent être précédés ou accompagnés de mesures non pharmacologiques de contrôle de la douleur :

  • Réduction du nombre de procédures douloureuses ou stressantes, lesquelles devraient être effectuées l’une après l’autre
  • Stratégies comportementales (méthodes de retour au calme) : respect des signes de stress et de désorganisation, regroupement avec les mains, positionnement en flexion, emmaillotement, succion non nutritive (en synergie avec le sucrose, lorsqu’applicable), allaitement maternel, méthode kangourou
  • Stratégies environnementales : diminution du bruit, de la lumière et des activités


Contre-indications et précautions

Contre-indications

Bloc atrioventriculaire, bradycardie, dysfonction ventriculaire, hypotension, hypertension chronique

 

Précautions

ATTENTION
Les changements rapides de dose ou de débit dans la voie peuvent causer des fluctuations de la tension artérielle; éviter de rincer la tubulure à un débit supérieur au débit prescrit

Ne pas cesser la perfusion rapidement (diminution progressive du débit nécessaire avant l’arrêt si le traitement est en cours depuis quelques jours)

Des ajustements posologiques peuvent être requis en cas d’insuffisance hépatique : débuter aux doses plus faibles et titrer selon la réponse

Plusieurs interactions médicamenteuses possibles (effets additifs avec les vasodilatateurs, les chronotropes négatifs, les opiacés et les sédatifs) : consulter un pharmacien

Pour en savoir plus

Chrysostomou C, Schulman SR, Herrera Castellanos M, et al. A phase II/III, multicenter, safety, efficacy, and pharmacokinetic study of dexmedetomidine in preterm and term neonates. J Pediatr 2014;164(2):276-82.

O'MaraK, Gal P, Wimmer J, et al. Dexmedetomidine versus standard therapy with fentanyl for sedation in mechanically ventilated premature neonates. J Pediatr Pharmacol Ther 2012;17(3):252-62.

À propos de cette page
Mise à jour le 25 mars 2018
Créée le 23 novembre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine