Lidocaïne - Prilocaïne

EMLA(md)

Médicaments commençant par :
  • RU

Présentation et conservation

  • Tubes de crème lidocaïne 2,5% et prilocaïne 2,5%, 5 g
  • Conserver à température ambiante


Indications

Anesthésique local

Lorsque le délai d’action (60 minutes) le permet, en complément aux autres mesures antalgiques, en anesthésie cutanée locale pour :

  • Ponction veineuse ou artérielle
  • Ponction lombaire
  • Ponction vésicale
  • Insertion d’un cathéter central par voie périphérique
  • Immunisations (certains vaccins, p. ex. : Infanrix hexamd); pour les autres vaccins, il n’existe pas d’études confirmant que l’immunogénicité du vaccin est préservée avec l’utilisation de la crème; l’utilisation de l’EMLAmd peut néanmoins être envisagée pour d’autres vaccins administrés par voie IM)

N’est pas indiqué (inefficace) pour les prélèvements capillaires


Mécanisme d'action

Anesthésie cutanée par inhibition de la propagation des influx nerveux


Doses

Surface selon âge postmenstruel et postnatal :

  • Âge postmenstruel < 30 semaines
    • 0 à 7 jours : éviter l’utilisation d’EMLAmd en raison du risque de lésions cutanées purpuriques; envisager d’autres options analgésiques (voir le Protocole d’analgésie-sédation pour procédures douloureuses courantes en néonatologie – CHUSJ); si les autres options ne conviennent pas, appliquer maximum 0,5 g pendant 60 minutes
    • > 7 jours : maximum 0,5 g pendant 60 minutes
  • Âge postmenstruel 30 et 31 semaines
    • 0 à 3 jours : éviter l’utilisation d’EMLAmd en raison du risque de lésions cutanées purpuriques; envisager d’autres options analgésiques (voir le Protocole d’analgésie-sédation pour procédures douloureuses courantes en néonatologie – CHUSJ); si les autres options ne conviennent pas, appliquer maximum 0,5 g pendant 60 minutes
    • > 3 jours : maximum 0,5 g pendant 60 minutes
  • Âge postmenstruel 32 à 36 semaines
    • Tous : maximum 0,5 g pendant 60 minutes
  • Âge postmenstruel ≥ 37 semaines
    • Tous : maximum 1 g pendant 60 minutes

Ne pas appliquer plus d’une fois par 24 h : l’innocuité d’applications répétées de la crème EMLAmd n’a pas fait l’objet d’études suffisantes pour en recommander l’usage


Préparation, administration et compatibilités

  • Porter des gants lors de l’application et du retrait de la crème
  • Recouvrir la peau et l’EMLAmd d’un pansement occlusif (utiliser une pellicule transparente siliconée (p. ex. Mepitel Filmmd); si non disponible, utiliser une pellicule transparente (p. ex. Tegaderm Filmmd) pendant 60 minutes avant la procédure)
  • Après 60 minutes, enlever le surplus de crème sur la peau avec une gaze stérile : la zone reste anesthésiée pendant 1 à 2 heures; il est préférable d’attendre 10 à 15 minutes avant une ponction veineuse afin de faciliter la recoloration de la peau et l’apparition du réseau veineux
  • Ne pas appliquer près des yeux ni sur une muqueuse ou sur une peau endommagée


Effets indésirables

Fréquents : blanchiment de la peau sur la zone d’application (vasoconstriction), érythème et oedème localisés; réactions purpuriques locales chez les enfants très immatures dans la première semaine de vie

Rares, reliés à la dose administrée et à l’immaturité de l’enfant : méthémoglobinémie (désaturations, cyanose, hypoxémie, dyspnée, tachycardie, léthargie), toxicité au système nerveux central si surdosage (irritabilité, convulsions, dépression du système nerveux central)

Les réactions d’hypersensibilité sont rares chez les nouveau-nés

Note : la lidocaïne possède une activité antiarythmique de classe Ib

ANTIDOTE 
En cas de méthémoglobinémie : bleu de méthylène (Disponible dans le cabinet de l’unité des soins intensifs de néonatologie. Dose : 1 mg/kg IV x 1 dose, à répéter après 1 heure si nécessaire. Ne pas rediluer avant administration, ou rediluer dans NaCl 0,9% si nécessaire pour faciliter l’administration. Administrer LENTEMENT en 5 à 10 minutes. Attention, très irritant : administrer par voie centrale si possible, sinon surveiller le site d’administration. Bleu de méthylène contre-indiqué en cas de déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase (G6PD)).


Suivi

Site d’application : enlever la crème si apparition de rougeurs ou de vésicules

La zone reste anesthésiée pendant 1 à 2 heures

Surveillance des signes cliniques de méthémoglobinémie, dans les 24 heures suivant l’application (saturations, coloration, fréquence cardiaque, états respiratoire et neurologique)


Contre-indications et précautions

Contre-indications

  • Traitement avec un médicament oxydant l’hémoglobine et pour lequel des cas cliniques de toxicité sont rapportés :
    • Dérivés nitrés et nitrites (p. ex. : oxyde nitrique (NO), nitroglycérine)
    • Métoclopramide
    • Sulfamidés (p. ex. : triméthoprime-sulfaméthoxazole - Septramd/Bactrimmd)
    • Rasburicase
    • Autres anesthésiques locaux
  • Méthémoglobinémie congénitale
  • Déficit en G6PD

 

Précautions

Opter pour d’autres options analgésiques chez enfants très immatures en raison du risque accru de lésions cutanées de type purpurique (voir section DOSES)

Effectuer une surveillance étroite des signes de méthémoglobinémie en présence de l’une de ces conditions; envisager d’autres mesures antalgiques si plus d’une de ces conditions est présente :

  • Traitement avec un médicament reconnu pour son potentiel de formation de méthémoglobine mais sans cas clinique de toxicité relevé à ce jour
    • Acétaminophène, phénobarbital, phénytoïne, nitrofurantoïne
  • Conditions prédisposant à la méthémoglobinémie
    • Sepsis, acidose métabolique, statut hémodynamique instable, cyanose, diarrhées sévères, etc.
  • Altération importante de la fonction hépatique

Considérer un suivi clinique ou électrocardiogramme en présence de l’une de ces conditions :

  • Bloc cardiaque ou bradycardie sévère
  • Traitement avec un antiarythmique de classe I (p. ex. : flécaïnide, phénytoïne, propafénone) ou de classe III (p. ex. : amiodarone, sotalol)

Pour en savoir plus

Biran V, Gourrier E, Cimerman P, et al. Analgesic effects of EMLA cream and oral sucrose during venipuncture in preterm infants. Pediatrics. 2011;128(1):e63-70.

Essink-Tebbes CM, Wuis EW, Liem KD, et al. Safety of lidocaine-prilocaine cream application four times a day in premature neonates : a pilot study. Eur J Pediatr 1999;158 :421-3.

Gourrier E, Karoubi P, El Hanache S et al. Use of EMLA® cream in a department of neonatology. Pain 1996;68:431-4.

Weise KL, Nahata MC. EMLA for painful procedures in infants. J Pediatr Health Care. 2005;19(1):42-7.

À propos de cette page
Mise à jour le 16 mars 2019
Créée le 12 décembre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine