Névirapine

Viramune(md)

Médicaments commençant par :
  • FOPR

Présentation et conservation

  • Seringues orales préparées par la pharmacie 10 mg/mL
  • Suspension orale 10 mg/mL, disponible dans le cabinet mère-enfant (4e5), pour utilisation en dehors des heures d’ouverture de la pharmacie
  • Suspension orale non commercialisée au Canada, mais disponible au CHU Sainte-Justine en raison d’un accès préautorisé par le Programme d’accès spécial de Santé Canada
  • Conserver à température ambiante


Indications

Antirétroviral

Prophylaxie de la transmission périnatale du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), en combinaison avec d’autres antirétroviraux; cet antirétroviral est généralement considéré dans les cas où la charge virale de la mère est élevée ou lorsqu’on soupçonne qu’elle peut être élevée (p. ex. : non-observance ou absence de traitement anténatal, utilisation de drogues intraveineuses, travail du sexe, immigration récente d’un pays où le VIH est endémique), ou dans les cas de souches résistantes au traitement prophylactique usuel

Traitement du VIH, en combinaison avec d’autres antirétroviraux

Au CHU Sainte-Justine, le suivi des enfants exposés au VIH se fait conjointement avec le spécialiste en VIH pédiatrique du service des maladies infectieuses


Mécanisme d'action

Inhibiteur non nucléosidique de l’enzyme transcriptase inverse (INNTI), qui empêche la réplication virale


Doses

Note : il n’existe pas de formulation parentérale de névirapine

Prophylaxie de la transmission périnatale du VIH, en combinaison avec d’autres antirétroviraux

Débuter le traitement dès que possible

PO

Recommandations québécoises (2015) et ontariennes (2017) préconisées au CHU Sainte-Justine

  • ≥ 32 et < 34 semaines gestationnelles :
    • 100 mg/m2/dose* q 24 h pour 2 semaines, puis augmenter à 100 mg/m2/dose* q 12 h pour 2 semaines (total : 4 semaines)
  • ≥ 34 semaines gestationnelles :
    • 150 mg/m2/dose* q 24 h pour 2 semaines, puis augmenter à 150 mg/m2/dose* q 12 h pour 2 semaines (total : 4 semaines)
  • Il n’existe pas de données pour guider l’ajustement des doses chez les bébés de moins de 32 semaines; consulter le pharmacien et l’équipe de VIH pédiatrique

*Surface corporelle (m2) = [0,05 x poids (kg)] + 0,05

Recommandations américaines (2015) et canadiennes (2014)

  • Poids à la naissance 1,5 à 2 kg : 8 mg/dose
  • Poids à la naissance > 2 kg : 12 mg/dose
  • Donner 3 doses au total
    • Dose 1 : dans les premières 48 heures de vie (le plus tôt possible)
    • Dose 2 : 48 heures après la 1ère dose
    • Dose 3 : 96 heures après la 2e dose

À noter : d’autres posologies basées sur le poids sont en cours d’évaluation aux États-Unis

Traitement du VIH

Consulter un pharmacien pour connaître les posologies recommandées en cas de VIH confirmé


Préparation, administration et compatibilités

PO

Administrer sans égard aux boires

ATTENTION 
Le traitement doit être débuté le plus rapidement possible après la naissance

Contacter le pharmacien de garde si le traitement est débuté en dehors des heures d’ouverture de la pharmacie afin de valider la dose prescrite

Précautions pour la préparation et l’administration du médicament : en raison de ses effets cancérigènes chez l’animal, la névirapine est ciblée comme un médicament dangereux à manipuler avec précautions : le port de gants (normaux – blancs) est requis lors de sa manipulation et son administration. Un lavage des mains à l’eau et au savon est nécessaire après toute manipulation puisque les produits à base d’alcool ne permettent pas d’éliminer la contamination chimique. La note Médicaments dangereux – équipement de protection personnelle pour manipulations et administration sur les unités de soins peut être consultée sur l’Intranet de la pharmacie.


Effets indésirables

Généralement bien toléré lorsque donné avec le schéma posologique de 3 doses

Effectuer une surveillance étroite lorsque le schéma posologique en mg/m2 est employé : inconfort abdominal, anomalies hématologiques (anémie, neutropénie, en combinaison avec d’autres antirétroviraux), éruption cutanée (décrite généralement comme une éruption maculopapulaire érythémateuse avec ou sans prurit sur le tronc, le visage et les extrémités)

ATTENTION
Des effets graves ont été observés chez les enfants traités pour le VIH : éruption cutanée de type syndrome Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique et hépatotoxicité potentiellement grave (souvent associée à une réaction cutanée); tout signe clinique évocateur d’une telle toxicité doit faire l’objet d’une évaluation médicale immédiate


Suivi

Avant de débuter le médicament : FSC et différentielle, BUN/créatinine, bilan de toxicité hépatique (bilirubine totale, ALT, AST), puis à chaque semaine tant que le bébé demeure hospitalisé et sous traitement; surveillance de l’apparition d’une éruption cutanée

La mesure des concentrations sériques de névirapine peut permettre de guider les ajustements de dose pour optimiser le traitement et minimiser les effets indésirables et le risque de résistance; ces analyses sont demandées au cas par cas par l’équipe des maladies infectieuses et de la pharmacie

Voir aussi la FOPRI – 0089 – VIH – Prévention – Nouveau-né pour le suivi détaillé des analyses recommandées chez les nouveau-nés de mères infectées avec le VIH


Contre-indications et précautions

Contre-indications

Dysfonction hépatique sévère préexistante

Développement d’une éruption cutanée grave persistante, ou accompagnée d’une toxicité hépatique ou systémique durant le traitement

 

Précautions

Multiples interactions médicamenteuses : consulter un pharmacien

Pour en savoir plus

Bitnun A et al. Prevention of vertical HIV transmission and management of the HIV-exposed infant in Canada in 2014. Can J Infect Dis Med Microbiol 2014;25(2):75-77.

Lau E, Brophy J, Samson L, et al. Nevirapine Pharmacokinetics and Safety in Neonates Receiving Combination Antiretroviral Therapy for Prevention of Vertical HIV Transmission. J Acquir Immune Defic Syndr 2017;74(5):493-8.

Ministère de la santé et des services sociaux, Gouvernement du Québec. La thérapie antirétrovirale pour les adultes infectés par le VIH - Guide pour les professionnels de la santé du Québec. Février 2015. Disponible : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-000733/. Consulté en ligne : 12

Ontario HIV treatment network. Guidelines for the Prevention of Mother-to-Child HIV Transmission; Information and Practice Guidance for Health Practitioners in Ontario. 2017. Disponible : http://www.ohtn.on.ca/wp-content/uploads/2017/02/MTCT-prevention-guidelines-January-20-2017.doc Consulté en ligne : 23 mars 2018.

Panel on Treatment of HIV-Infected Pregnant Women and Prevention of Perinatal Transmission. Recommendations for Use of Antiretroviral Drugs in Pregnant HIV-1-Infected Women for Maternal Health and Intervention to Reduce Perinatal HIV Transmission in the United States. Disponible : http://aidsinfo.nih.gov/contentfiles/lvguidelines/perinatalgl.pdf. Consulté en ligne: 20 mars 2015. Ces lignes directrices sont mises à jour régulièrement: consulter http://aidsinfo.nih.gov

À propos de cette page
Mise à jour le 24 mars 2018
Créée le 14 décembre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine