Octréotide

Sandostatin(md)

Médicaments commençant par :
  • FOPR
  • RU

Présentation et conservation

  • Fioles injectables 100 mcg/mL, 1 mL
  • RÉFRIGÉRER
  • Conserver à l’abri de la lumière
  • Bibliothèque SIN : octréotide, octréotide 5 mcg/mL

ATTENTION 
Il existe d’autres présentations et concentrations au CHU Sainte-Justine, mais elles ne sont pas utilisées en néonatologie


Indications

Analogue de la somatostatine

Traitement du chylothorax réfractaire

Plus rarement : traitement de l’hypoglycémie persistante et réfractaire

ATTENTION
L’utilisation de l’octréotide pour le traitement du chylothorax réfractaire en néonatologie se base sur des notifications de cas et de petites séries; considérant l’efficacité incertaine et les effets indésirables possibles, l’octréotide n’est pas un traitement de première ligne


Mécanisme d'action

Analogue synthétique à longue action de la somatostatine : inhibition de la libération de l'hormone de croissance, de la TSH, de la sérotonine et des hormones gastro-intestinales et pancréatiques (insuline, glucagon); ralentissement de la vidange gastrique, de la contraction de la vésicule biliaire et de la mobilité intestinale; inhibition de la sécrétion d’acide gastrique et d’enzymes pancréatiques; diminution de la perfusion splanchnique (diminution de la perfusion gastro-intestinale et du flot lymphatique)


Doses

Traitement du chylothorax réfractaire

Les grandes variations observées dans les schémas posologiques possibles témoignent des données insuffisantes; la plupart des notifications de cas rapportent des doses de perfusion IV continue, mais pour des raisons pratiques reliées à l’administration, les doses intermittentes sont préférées lorsque possible

IV intermittent (voie préférée); sous-cutané (en l’absence de voie IV)

  • Écart posologique possible : 10 à 40 mcg/kg/jour en 3 ou 4 doses (écart possible : 4 à 70 mcg/kg/jour)
  • Individualiser la dose et titrer selon la réponse; envisager une augmentation progressive de la dose par paliers de 5 à 10 mcg/kg/jour q 3 jours si nécessaire; sevrer sur 2 à 7 jours après 3 jours sans écoulement significatif de chyle

Perfusion IV continue

  • Écart posologique possible : 0,3 à 10 mcg/kg/heure
  • Individualiser la dose et titrer selon la réponse; envisager une augmentation quotidienne de la dose par paliers de 1 mcg/kg/heure si nécessaire; sevrer sur 2 à 7 jours après 3 jours sans écoulement significatif de chyle

 

Traitement de l’hypoglycémie persistante et réfractaire

Le traitement doit être débuté et supervisé par un endocrinologue; les doses sont présentées à titre indicatif et doivent être validées auprès d’un endocrinologue

Pour des raisons pratiques reliées à l’administration, les doses intermittentes sont préférées lorsque possible

IV intermittent (voie préférée); sous-cutané (en l’absence de voie IV)

  • Posologie initiale possible : 2 à 10 mcg/kg/jour en 3 ou 4 doses
  • Posologie maximale possible : 40 mcg/kg/jour en 3 ou 4 doses
  • Individualiser la dose et titrer selon la réponse

Perfusion IV continue

  • Posologie initiale possible : 0,08 à 0,4 mcg/kg/heure
  • Posologique maximale possible : 1,7 mcg/kg/heure
  • Individualiser la dose et titrer selon la réponse


Préparation, administration et compatibilités

IV intermittent

  • Utiliser les fioles injectables 100 mcg/mL
  • Diluer chaque mL dans 10 mL de D5% (vt)
  • Donner en 30 minutes

 

Sous-cutané

  • Utiliser les fioles injectables 100 mcg/mL
  • Administrer sans rediluer

 

Perfusion IV continue

  • Utiliser les fioles injectables 100 mcg/mL

 

Préparation selon FOPR

  • Concentration finale 5 mcg/mL
    • 250 mcg = 2,5 mL d’octréotide 100 mcg/mL + 47,5mL de soluté (50 mL vt)

 

Solutés compatibles
D5%, NaCl 0,9%

Compatibilités en dérivé (en Y) 
Aucune sélectionnée

Incompatibilités en dérivé (en Y)
Micafungine, pantoprazole

Alimentation parentérale et lipides en dérivé (en Y) 
Compatible; mettre l’octréotide dans le site le plus près du patient pour minimiser le temps de contact entre les deux produits


Effets indésirables

Vomissements, distension abdominale, diarrhée, stéatorrhée, constipation, entérocolite nécrosante, hyperglycémie, hypoglycémie (tachyphylaxie ou utilisation de doses élevées), somnolence, hypothyroïdie transitoire, retard de croissance (utilisation à long terme), cholélithiase (utilisation à long terme), hypertension artérielle pulmonaire (rapportée chez les enfants prématurés atteints de pneumopathie), douleur au site d’injection, thrombophlébite; allongement de l’intervalle cardiaque QT, arythmies (rares)


Suivi

Tolérance digestive, signes et symptômes d’entérocolite nécrosante, glycémie, écoulement de chyle (en cas de chylothorax réfractaire), bilirubine conjuguée, bilan thyroïdien, courbes de croissance, site(s) d’injection (si administration par voie veineuse périphérique ou sous-cutanée); considérer un ECG et un ionogramme chez les patients présentant des facteurs de risque pour l’allongement du QT (voir Contre-indications et précautions)

Dans le traitement de l’hypoglycémie, un effet peut être observé après 8 heures de traitement et une tachyphylaxie peut survenir après quelques jours


Contre-indications et précautions

Contre-indications

Cesser en cas de suspicion d’entérocolite nécrosante

 

Précautions

ATTENTION
Des allongements de l’intervalle cardiaque QT ont été rapportés avec l’octréotide. Considérer un ECG préalable au traitement, de même qu’un bilan électrolytique (comprenant le magnésium sérique), dans les cas où l’enfant présente des facteurs de risque additionnels d’arythmies. Consulter un pharmacien pour connaître les autres médicaments reconnus pour allonger l’intervalle QT.

Un ajustement posologique peut être requis en cas d’insuffisance rénale ou hépatique

Pour en savoir plus

Das A, Shah PS. Octreotide for the treatment of chylothorax in neonates. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 9. Art. No.: CD006388.

Laje P, Halaby L, Adzick NS, et al. Necrotizing enterocolitis in neonates receiving octreotide for the management of congenital hyperinsulinism. Pediatr Diabetes 2010;11(2):142-7.

Roehr CC, Jung A, Proquitté H, et al. Somatostatin or octreotide as treatment options for chylothorax in young children: a systematic review. Intensive Care Med 2006;32(5):650-7.

Shah D, Sinn JK. Octreotide as therapeutic option for congenital idiopathic chylothorax: a case series. ActaPaediatr 2012;101(4):e151-5.

Sweet CB, Grayson S, Polak M. Management Strategies for Neonatal Hypoglycemia. J Pediatr Pharmacol Ther 2013;18(3):199-208.

À propos de cette page
Mise à jour le 26 mars 2017
Créée le 15 décembre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine