Le TSA c’est quoi ?

Autisme au quotidien

La pédiatre Dominique Cousineau nous explique ce qu’est le trouble du spectre de l’autisme (TSA) et nous indique ce qu’on doit observer si nous avons un doute à propos de la condition de notre enfant.

À voir aussi...


Le TSA

Le Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) est une condition qui affecte de manière variable (spectre) plusieurs aspects du développement de l’enfant. Ainsi, les personnes identifiées comme autistes peuvent êtres très différentes les unes des autres.

Le terme Troubles Envahissants du Développement (TED) et ses sous-types : autisme, Asperger, trouble envahissant du développement non spécifiés (TEDNS)… sont abandonnés.

On parle aujourd’hui de spectre, c’est-à-dire de variations individuelles dans la sévérité des manifestations.

Le TSA

  • Touche plus particulièrement deux domaines du développement:
  • Peut toucher d’autres domaines ou aspects du développement.
    • Le développement des habiletés motrices
    • Le processus par lequel le cerveau reçoit et transforme l’information captée par les 5 sens (intégration, modulation et régulation sensorielle)
    • La régulation de l’attention et des émotions
    • Le sommeil
  • Peut être associé à :
    • D’autres conditions génétiques ou médicales (ex: TSA et X-Fragile, prématurité)
    • Des troubles du langage
    • D’autres troubles du neuro-développement (ex: TSA et TDAH, déficience intellectuelle).

Actuellement l’autisme

  • Touche maintenant 1 enfant sur 68 et 1 garçon sur 42
  • Est quatre fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles

Le TSA se manifeste par

1. Une communication sociale absente ou insuffisante
La communication sociale inclue tous les actes de communication, qu’elle soit non verbale (le contact visuel, le geste, les expressions faciales, la mimique) ou verbale (le langage) et l’interaction sociale (l’intérêt pour l’autre, l’échange, le partage, l’empathie) .Les anomalies de la communication sociale varie d’un enfant à l’autre.

Généralement :

  • Le contact visuel (regarder l’autre) insuffisant dans l’échange avec les autres.
  • Les expressions faciales sont peu nombreuses ou absentes
  • Les gestes sont peu ou pas utilisés pour compenser ou appuyer leur langage verbal.
  • La communication est utilisée surtout pour répondre aux besoins de l’enfant et non pour partager le plaisir ou l’intérêt.
  • Le langage se développe en retard et /ou de manière atypique ou pour certains, pas du tout.
  • L’enfant semble se parler à lui-même (monologue, soliloque)
  • Il semble plus intéressé par les objets que par les gens.
  • Il réagit peu ou pas lorsqu’on l’interpelle par son prénom.
  • Il ne va pas vers les autres enfants, ne cherche pas leur compagnie.
  • Il préfère jouer seul, selon ses intérêts, à sa façon et/ou en imposant ses idées.
  • Il partage peu ou pas avec ses pairs.
  • Il est plus difficile pour lui de décoder les expressions faciales, les intentions, les sentiments et les besoins des autres (empathie).

2. Des comportements, des intérêts et des jeux restreints et répétitifs:

  • Des comportements répétitifs sont observés :
    • battre des mains (flapping) ou sautiller sur place surtout lorsque l’enfant est excité ou faché.
    • se bercer ou se balancer (rocking), courir aller-retour, taper sur un objet, se frapper ou se mordre la main
    • Inspecter visuellement de manière prolongée et/ou dans un angle particulier (regard latéral) des parties d’objets (explorations visuelles atypiques), des lignes d’objets.
    • Placer ou actionner les objets de manière répétitive (aligner, tourner).
  • Des intérêts et des jeux restreints sont notés :
    • Selon un thème (dinosaures, trains, lettres, chiffres, musique, logos…).
    • Selon des séquences apprises (reprend dans ses jeux les actions des personnages de vidéo par exemple). I
    • Sans jeux imaginaires (faire semblant)
    • En démontrant d’excellentes habiletés visuo-spatiales (assemblage de casse-tête) et une mémoire remarquable.
  • Des crises face au changement imprévu de la routine ou au moment des transitions d’une activité à l’autre.

Les perturbations dans l’intégration, la modulation et la régulation de l’information provenant des sens peuvent modifier le comportement de l’enfant autiste et compliquer les activités de la vie quotidienne : Il peut se montrer hypersensible (dérangé, défensif) ou à l’inverse hyposensible (très tolérant ou à la recherche de sensation) aux stimuli provenant de la vue, de l’ouïe, de l’odorat, du toucher, du goût, ou du système de l’équilibre. Sa réactivité peut varier d’un sens à l’autre. Ainsi l’enfant pourrait être très sensible au bruit et quasi insensible à la douleur.

Il nécessite parfois une surveillance étroite, car il a peu ou pas conscience du danger.

Certains éléments dans le développement de l’enfant peuvent suggérer un TSA.


Les signaux d’alarme

Les signaux d’alarme sont les suivants

Entre 6 et 12 mois

  • Ne sourit pas (Absence de sourire en réponse au sourire)
  • N’établit pas de contact visuel ou fuit le regard
  • Ne tend pas les bras pour se faire prendre
  • Semble sourd à l’appel de son prénom.

À 12 mois

  • Ne babille pas

À 16 mois

  • Ne pointe pas
  • Ne dit aucun mot

À 24 mois

  • Ne combine pas deux mots (phrase)

À tout âge

  • Semble régresser, ne parle plus
  • Ne semble pas intéressé par la communication ou par l’échange ( demander, montrer)


Les causes

Le Trouble du Spectre de l’Autisme n’est pas à proprement parlé une maladie, mais plutôt une condition présente dès la naissance, secondaire à un trouble complexe affectant le développement du cerveau et impliquant plusieurs facteurs génétiques et possiblement environnementaux.

Il existe un consensus scientifique autour du fait que les vaccins ne causent pas l’autisme.


Traitement

Tout comme il n’existe pas de cause unique au TSA, il n’existe pas de traitement spécifique pouvant guérir l’autisme.

Par des interventions individualisées, on vise à soutenir le développement de la communication sociale et à aider l’enfant à déployer son plein potentiel à travers ses intérêts et pour répondre à ses besoins. Avec l’aide de professionnels spécialisés, les parents apprennent à mieux comprendre et à s’adapter à leur enfant de manière à ce que celui-ci apprenne à son tour à s’adapter aux autres et aux exigences de la vie en groupe.

En cours d’évolution des médicaments peuvent faire partie des traitements prescrits si certains comportements font obstacle au fonctionnement ou aux apprentissage ou encore menacent la sécurité de l’enfant ou de son entourage.


Livres suggérés

  • Belhassen, M., & Chaverneff, O. (2006).
    L'enfant autiste: un guide pour les parents. John Libbey Eurotext.
  • Mineau S. et al. (2013).
    L’enfant autiste. Stratégies d’interventions psychoéducative.
    Éditions CHU Ste-Justine.
  • Mottron L. (2004).
    L’autisme : une autre intelligence.
    Diagnostic, cognition et support des personnes autistes sans déficience intellectuelle.
    Sprimont : Pierre Mardaga éditeur


Sites Internet suggérés


Ressources en ligne suggérées


Vidéos suggérées

  • Le cerveau d’Hugo (2012)
    Documentaire-fiction français réalisé par Sophie Révil, portant sur l'autisme
  • L’autisme (2005) Découverte
    Portrait général sur le TSA tel que compris par la science en 2005.
    Cette vidéo est disponible pour les abonnés de Curio.ca, de la Grande Bibliothèque. Votre bibliothèque municipale offre peut-être également la possibilité de visionner les documents de Curio.ca
  • The Autism Enigma (2011) The he Nature of Things (en anglais seulement)
    Regard sur les facteurs environnementaux qui pourraient expliquer les causes de l’autisme.
    Cette vidéo est disponible pour les abonnés de Curio.ca, de la Grande Bibliothèque. Votre bibliothèque municipale offre peut-être également la possibilité de visionner les documents de Curio.ca
  • Le webdoc de l'autisme (2013) Vaincre l’autisme
    Le Webdoc de l'Autisme se fait l'écho de ces parcours, souvent chaotiques, que traversent les personnes autistes et leurs familles. Cependant, malgré les obstacles et les tempêtes, l'espoir est là. La question essentielle de la recherche est également abordée via le témoignage de grands chercheurs.

À propos de cette page
Mise à jour le 1 mars 2017
Créée le 16 janvier 2017
Signaler ou faire une remarque

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine