• English

Deuil périnatal

Décès du bébé et deuil périnatal

Le deuil périnatal est une réalité importante et peu connue que l’on a souvent du mal à comprendre.

Le CHU Sainte-Justine souhaite soutenir les parents touchés par le décès et la perte de leur bébé, ainsi qu’aider les proches ou toute personne affectée par une mort périnatale durant la grossesse ou par la suite.

Revenir les bras vides est une série de quatre émissions dans lesquelles des parents ayant vécu un deuil périnatal et leur entourage nous livrent leur histoire. Cette série permet de mieux comprendre ce sujet encore tabou de nos jours et le silence qui l’entoure. Des spécialistes apportent leurs regards en répondant aux nombreuses questions que suscite la perte d’un bébé. Ces vidéos abordant différents thèmes ont été réalisées afin d’aider et d’informer les parents et leurs proches.

L’équipe du CHU Sainte-Justine est soucieuse d’apporter son soutien aux parents endeuillés en les accompagnants et en les guidant sur leur chemin du deuil.


Le bulletin de naissance vivante

Lorsque le bébé montre un signe de vie à la naissance, un Bulletin de naissance vivante est émis. Ce document nécessite la signature d’un parent.

Si tel est votre cas, l’infirmière vous en remettra une copie au dos de laquelle se trouvent les informations nécessaires pour faire la Déclaration de naissance vivante de votre enfant au Directeur de l’état civil. Cette étape est obligatoire et doit être réalisée par les parents. La Déclaration de naissance vivante doit être transmise dans les 30 jours suivant la naissance. Vous aurez le choix de le faire :

  1. Chez vous, en ligne
    Il peut y avoir un délai de quelques semaines avant que le décès de votre bébé ne soit enregistré. Il arrive par conséquent de recevoir une carte d’assurance maladie du bébé et même des prestations du RQAP (qui vous seront ensuite réclamées). Sachez que vous pouvez conserver la carte d’assurance maladie comme souvenir de votre bébé.
    Visiter le site Internet
     
  2. À l’hôpital, en format papier
    Si vous souhaitez remplir la déclaration de naissance en format papier, votre infirmière vous guidera pour vous aider à remplir ces papiers avant la fin de votre séjour. Dans ce cas, vous ne recevrez pas de carte d’assurance maladie pour votre bébé ni de prestations. Veillez toutefois à bien inscrire « Décédé » aux pages 2 et 3 du bulletin de naissance.

Pour toutes questions quant aux démarches administratives, vous pouvez vous adresser au service de l’admission du CHU Sainte-Justine au 514 345-4931, poste 4984.


1. Le choc, le déni

Le début est toujours marqué par un état de choc durant lequel la personne ressent un engourdissement, un sentiment d’irréalité. Le déni est un mécanisme de défense normal et temporaire qui permet de rester fonctionnel et de garder un semblant de contrôle.

Une grande souffrance peut être ressentie et se manifester par des pleurs, des cris ou une incompréhension qui laisse sans voix. Sachez que face à une même situation, les réactions et les impacts peuvent différer pour chacun des deux parents.

Cependant, il est important de demander de l’aide si cet état se prolonge, car il peut empêcher d’enclencher les autres phases du deuil et entraîner des troubles physiques ou psychologiques.


Manifestations physiologiques

  • Céphalée
  • Constipation ou diarrhée
  • Contraction dans la gorge ou dans la poitrine
  • Faiblesse musculaire (adynamie)
  • Fatigue excessive
  • Gorge sèche
  • Hypersensibilité aux bruits
  • Hypertension
  • Palpitations
  • Perturbation de l’appétit
  • Sudation
  • Tension musculaire
  • Tremblements
  • Vide abdominal
  • Vision brouillée


À l'hôpital

Nous vous encourageons à réaliser un rituel, par des gestes symboliques, qui aura du sens pour vous et qui vous permettra d’apaiser votre souffrance avant votre départ de l’hôpital.

Parlez-en à votre infirmière durant votre séjour afin qu’elle puisse vous accompagner et être à l’écoute de vos besoins. Voici quelques exemples de gestes symboliques et de rituels pouvant vous aider à exprimer vos émotions :

  • Donner un bain
  • Habiller, emmailloter votre bébé avec une couverture
  • Offrir un ondoiement (baptême d’intention) ou une célébration spirituelle
  • Faire une petite cérémonie « d’au revoir » en famille en guise de funérailles
  • Lire un texte ou une lettre
  • Écouter une musique significative
  • Déposer un toutou, un bijou, des fleurs ou un objet symbolique au chevet du bébé
  • Donner le prénom ou un surnom affectueux prévu avant le diagnostic
  • Etc.

Autres ressources


Accompagnement en suivi de deuil périnatal et grossesse suivante

  • BedonZen
    Accompagnement en deuil périnatal et à la grossesse suivante
  • Manon Cyr*
    Suivi individuel ou de couple; accompagnement de la fratrie; suivi de la grossesse suivante; deuil de la maternité
    *Collaboratrice experte à la série documentaire Revenir les bras vides


Les grands-parents

Les grands-parents se préparent également et attendent avec réjouissance l’arrivée du bébé. Ils imaginent leur avenir en nourrissant des rêves et de l’amour pour celui-ci.

Lorsqu’ils sont touchés par ce drame, ils font face à une double souffrance1 :

  • La perte de ce petit-enfant tant attendu;
  • La peine de leur propre enfant face à laquelle ils se sentent impuissants et tristes.

1 Fréchette-Piperni, S. (2005). Les rêves envolés : Traverser le deuil d’un tout petit bébé. Boucherville, Québec : Éditions de Mortagne.


Les attitudes appréciées

  • Demandez-leur s’ils désirent vous parler de leur histoire
    Les parents ont besoin de se sentir écoutés, sans jugement. Ils seront soulagés de raconter les évènements et de mettre des mots sur leurs émotions.
  • N’hésitez pas à leur poser des questions sur leur bébé
    Vous pouvez leur demander s’il s’agissait d’un garçon ou d’une fille, comment il s’appelait. Certains parents seront même très touchés de parler de son apparence physique, de son poids ou de sa grandeur.
  • Si vous le désirez, vous pouvez leur demander s’ils souhaitent partager avec vous les photos et/ou les souvenirs de leur bébé
    De nombreux parents sont émus et éprouvent beaucoup de reconnaissance lorsque leur entourage montre de l’intérêt pour découvrir qui était leur bébé.
  • Nous vous encourageons à utiliser le prénom du bébé lorsque vous évoquez son souvenir : de cette façon, vous considérez leur bébé comme une personne qui fait partie de la famille.
  • N’hésitez pas à leur faire part de votre peine
    Il peut être réconfortant pour les parents de savoir que leurs proches sont aussi affectés par la mort de leur bébé. Cette attitude démontre que vous aussi étiez attachés à leur bébé et ils se sentiront très touchés que vous partagiez vos émotions avec authenticité.
  • Toutefois, ne cherchez pas à vous faire consoler par les parents, puisqu’ils doivent eux-mêmes vivre leur chagrin et ils ne seront probablement pas en mesure de vous apporter l’aide dont vous avez besoin. Vous pouvez consulter la section Les ressources pour l’entourage si vous souhaitez recevoir de l’aide.


Des phrases bien accueillies

Voici quelques exemples de phrases qui seront bien accueillies et qui toucheront les parents endeuillés :

  • « Je suis désolé de ce qui vous arrive. »
  • « Toutes mes condoléances. »
  • « Veux-tu me parler de ce que tu ressens ? »
  • « Je suis disponible pour t’écouter si tu en as envie. »
  • « Sache que je serai toujours là pour parler de [prénom du bébé]. »
  • « Je ne l’oublierai jamais. »


Les proches

Les proches sont aussi affectés, à différents niveaux, par cette triste nouvelle. Certains devront eux-mêmes traverser le deuil de ce bébé auquel ils étaient déjà attachés.

Lorsqu’une personne proche vit un tel bouleversement, il n’est pas facile d’apporter du soutien. Il arrive souvent de :

  • Ne pas savoir quoi dire
  • Se sentir mal à l’aise devant la peine de l’autre
  • Ne pas comprendre l’intensité du chagrin des parents

Pour ceux qui entourent les parents, il est particulièrement difficile de réaliser la souffrance que vivent les parents. La mort du bébé peut paraître irréelle.

Tout semble abstrait, car le bébé a beaucoup plus existé dans l’imaginaire que dans la réalité. C’est pour cette raison qu’il est difficile de saisir l’ampleur de la peine des parents.


Le retour au travail

Pour certains, le retour au travail est une manière de se changer les idées et parfois même de traverser leur deuil en prenant une pause face à certaines émotions encore difficiles.

Pour d’autres, il s’agit d’une grande source de stress pour diverses raisons1:

  • Le travail comporte beaucoup de responsabilités et exige une concentration importante
  • Il existe un risque d’être confronté à des enfants et que la peine soit ravivée
  • La peur de ne pas être capables de composer avec ses émotions et de fondre en larmes à un moment inattendu. Autorisez-vous à poser des limites telles que : « Ce n’est pas le moment ou l’endroit… »
  • Etc.

Si vous ressentez qu’il vaut mieux retarder votre retour au travail, nous vous suggérons de consulter votre médecin de famille ou une clinique sans rendez-vous afin d’avoir un suivi. Vous pourrez alors demander un certificat médical attestant le besoin de poursuivre votre congé.

Si vous vous sentez apte à retourner au travail, voici quelques conseils qui vous aideront à préparer votre retour :

  • Demander un retour progressif : vous pourrez ainsi vous adapter doucement à la reprise du travail et vous reposer pour retrouver de l’énergie.
  • Écrire un courriel à votre supérieur afin qu’il puisse aviser vos collègues de votre situation et de vos attentes. Cette précaution évitera les malaises ou des situations imprévues.
  • Retourner sur le lieu de votre travail avant votre première journée : ce sera l’occasion de revoir vos collègues et, si vous le souhaitez, de leur raconter les événements et de répondre à leurs questions. Cette mesure vous dispensera de devoir le faire le premier jour de votre reprise officielle et vous pourrez vous concentrer sur la reprise de votre travail.

    Dans le cas contraire, vous pouvez par exemple partager un repas avec eux en spécifiant que pour votre bien-être, ce n’est pas le bon moment pour vous d’en parler.
  • Prévoir des repas ou trouver une alternative aux repas : vous éviterez de vous surcharger avec cette tâche au cours des premières semaines et, par conséquent, vous préviendrez une augmentation de votre fatigue.

1 Fréchette-Piperni, S. (2005). Les rêves envolés : Traverser le deuil d’un tout petit bébé. Boucherville, Québec : Éditions de Mortagne.

Capsule vidéo

Question abordée dans cette vidéo :

  • Comment se préparer au retour au travail ?


Associations de parents et groupes de soutien

  • Parents Orphelins
    Association québécoise des parents vivant un deuil périnatal
  • Les rêves envolés
    Groupe de soutien pour les parents qui perdent un enfant pendant ou après la grossesse (Hôpital Pierre-Boucher)

Il est également possible de trouver un groupe de soutien près de chez vous en consultant les liens suivants :


Les jours suivants

« La mort d’un enfant à la naissance dévoile cette nécessité d'un rituel. (...) Cet “impératif” montre que certaines étapes de la vie ne peuvent être vécues ou surmontées lorsqu’elles sont douloureuses qu’avec l'accompagnement des proches et de l’entourage2. »

Lorsque vous serez rentrés à la maison, vous pourrez prendre le temps de penser à ce qui vous aiderait à exprimer vos émotions et vos sentiments :

  • Aller porter des fleurs au cimetière
  • Allumer une bougie
  • Créer un endroit pour vous recueillir, dans votre maison ou à l’extérieur, dédié à la mémoire de votre bébé, avec par exemple des souvenirs ou une photo de lui, une bougie, des fleurs, etc.
  • Créer une jolie boîte contenant les souvenirs de votre bébé
  • Écrire une lettre à votre bébé (certains parents choisissent de la laisser au chevet du bébé, de la mettre dans une boîte souvenir ou de l’enterrer symboliquement)
  • Écrire un livre à la mémoire de votre bébé, avec son histoire, vos émotions et sentiments, des textes ou poèmes, des photos ou des images
  • Faire une envolée de ballons et/ou de papillons
  • Organiser des funérailles (nous vous suggérons de demander l’aide de votre entourage pour vous accompagner dans les tâches et les préparatifs des funérailles)
  • Planter un arbre
  • Etc.

Certains parents organisent un événement ou une commémoration à certaines dates de l’année pour honorer la mémoire de leur bébé.

D’autres ont mis en œuvre des projets spécialement pour leur bébé (participation à des associations, publication d’un livre, aide aux autres parents endeuillés, etc.) pour commémorer et donner du sens à son court passage dans leur vie.

Sachez également qu’il existe une journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal, le 15 octobre, durant laquelle plusieurs initiatives ont lieu pour les parents endeuillés.

2 Bonnet, D. et Pourchez, L., dir. (2007). Du soin au rite dans l'enfance. Ramonville-Saint-Agne : coédition ÉRES-IRD.


Manifestations affectives

  • Ambivalence
  • Amertume
  • Anxiété
  • Colère
  • Culpabilité
  • Ennui
  • Frustration
  • Insécurité
  • Sentiment de trahison
  • Solitude
  • Soulagement
  • Tristesse


2. La désorganisation

Ensuite, la réalité de la perte du bébé est de plus en plus présente. Cette étape varie aussi d’une personne à l’autre en termes de durée et d’intensité des manifestations.

Certains parents se sentent anxieux et envahis par la tristesse et éprouvent des difficultés à réaliser les gestes quotidiens les plus simples. Des perturbations du sommeil (insomnie, hypersomnie) et de l’appétit peuvent survenir, d’où la fatigue, un manque d’intérêt généralisé et une atteinte à l’estime de soi. Cette phase est similaire à un état dépressif temporaire et de durée variable.

Durant cette phase, certaines émotions telles la colère, des peurs, des sentiments de culpabilité, d’injustice ou de honte peuvent se manifester. Certains parents éprouveront le besoin de parler de leur vécu, alors que d’autres auront besoin de s’isoler par moments et d’éviter les contacts extérieurs.

Conseils

Voici quelques conseils afin de vous aider à traverser cette étape de votre deuil.

  • Exprimez les émotions que vous ressentez et éviter de les taire ou de les fuir d’emblée.
  • Donnez-vous des moments pour parler de votre bébé en couple et avec d’autres.
  • Permettez-vous de pleurer lorsque vous en sentez le besoin.
  • Gardez de bonnes habitudes de sommeil et d’alimentation (n’hésitez pas à faire des siestes si nécessaire).
  • Retournez dès que possible à vos activités quotidiennes.
  • Sortez prendre l’air pour faire des exercices ou tout simplement pour marcher.
  • Prenez du temps pour vous. Accordez-vous des moments de douceur et de réconfort.
  • N’ayez pas peur de demander l’accompagnement d’un professionnel si vous en ressentez le besoin.


Le bulletin de décès

Lorsqu’un bébé est né vivant et décède par la suite, un Bulletin de décès est alors émis. Ce sont les services funéraires qui réaliseront les démarches nécessaires auprès de l’État civil. Ce document ne nécessite aucune signature des parents et aucune copie ne vous sera remise.

Si vous souhaitez obtenir un Certificat ou une Copie d’acte de décès de votre bébé, vous trouverez les informations sur le site du Directeur de l’État civil

Décès et mortinaissance

Question abordée dans cette vidéo :

  • Qu’est-ce qu’une mortinaissance ?


Pertes sanguines

Pour 1 jour ou 2, vous aurez des pertes sanguines (lochies) plus abondantes que des menstruations. Puis ces pertes diminueront et changeront de texture et de couleur. Il pourra s’y mêler du mucus (substance blanchâtre). La couleur passera graduellement du rosé au brun de plus en plus pâle et pourra devenir jaune.

À l’occasion, vous pourrez perdre un caillot de sang. Cela survient surtout le matin, après avoir uriné. Si le saignement diminue après le passage du caillot, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Ajoutons qu’un effort inhabituel ou la césarienne peut aussi causer des lochies plus rouges et abondantes.

Les lochies durent en général de 3 à 6 semaines. Pendant cette période, utilisez des serviettes hygiéniques et non des tampons.


Pourquoi leur annoncer la mort de leur futur petit frère ou future petite sœur ?

C’est une lourde tâche, qui n’est pas facile. Mais c’est un moment important dans la vie des autres enfants, quel que soit leur âge.

Certains parents se sentent démunis à l’idée de devoir parler de la mort du bébé à leur enfant. Que ce soit pour le protéger d’une trop grande souffrance ou par crainte qu’il ne comprenne pas la situation vu son jeune âge. Il arrive donc que certains parents choisissent de dissimuler la vérité ou de mettre leur enfant à l’écart.

Ce sont toutefois les non-dits, les mensonges ou encore les attitudes manquant de naturel ou de sincérité qui risquent toutefois de lui nuire1, car votre enfant va ressentir que quelque chose d’inhabituel se passe. Cela risque de le troubler, car il ne comprendra pas d’où vient le malaise qu’il perçoit. Il peut alors s’imaginer des scénarios pires que la réalité qui pourraient nourrir ses propres inquiétudes et être responsable des malaises familiaux. « Les très jeunes enfants sont des spécialistes du langage non verbal et de nos expressions faciales2. » Certains enfants peuvent se sentir exclus et alors se replier sur eux-mêmes s’ils pensent que leurs parents leur cachent quelque chose.

Informer vos enfants, c’est les sécuriser. Il est important de donner des informations simples pour leur expliquer vos émotions et vos inquiétudes concernant le bébé.


Série documentaire "Revenir les bras vides"

Épisode 1 : Le jour où tout bascule

Épisode 2 : Le jour de l'accouchement


Qui doit l’annoncer ?

Vous êtes sans aucun doute la personne qui connaissez le mieux votre enfant, vous savez comment lui parler, vous connaissez et comprenez ses réactions au quotidien. Votre enfant aura besoin de vos bras, vous pourrez le rassurer et l’apaiser. Vous êtes pour lui son lien d’attachement, et avec vous, il se sent en sécurité.

Si vous vous sentez fragile à l’idée d’annoncer la nouvelle, vous pouvez demander à quelqu’un de vous accompagner. Veillez alors à ce que votre enfant se sente à l’aise avec cette personne afin de ne pas perturber ses réactions. En étant présent lors de l’annonce, vous serez au courant à la fois de ce qui lui est dit et de ses réactions, commentaires ou questions.


Contractions

Vous ressentirez peut-être des contractions dans l’utérus. Si ce n’est pas votre première grossesse, il est possible que vous ayez plus de contractions que lors de la précédente. Si vous avez besoin de soulager la douleur, parlez-en à votre professionnel de la santé.


Le bulletin de mortinaissance

Lorsqu’un bébé nait sans vie et pèse plus de 500 grammes, un Bulletin de mortinaissance est émis. Ce document nécessite la signature d’un parent et l’Hôpital se charge de transmettre le document au Directeur de l’état civil. Aucune copie ne vous sera remise.

Dans le cas où un bébé nait sans vie et pèse moins de 500 grammes, aucun document n’est émis. Par conséquent, il n’y a aucune information à transmettre au Directeur de l’état civil.

Vous pouvez vous adresser au service des archives médicales du CHU Sainte-Justine au 514 345-4627 afin de recevoir une preuve du décès de votre bébé :

  • Attestation de mortinaissance (produite par le CHU Sainte-Justine)
  • ou
  • Copie du Bulletin de mortinaissance


3. La réorganisation

Petit à petit, vos émotions vont vous sembler moins intenses, la douleur sera moins forte et la tristesse plus supportable. Durant cette phase, vous vous sentirez plus calme et aurez plus d’énergie, ce qui vous aidera à réorganiser pas à pas votre vie sans votre bébé.

Certains parents témoignent qu’il leur arrive de ne plus penser à leur bébé durant de longs moments. Cette réaction est normale et saine, car c’est un signe que l’on sort tranquillement du deuil.

Même s’il vous arrive d’y penser moins, votre bébé ne sera jamais oublié. L’amour que vous ressentez pour lui demeurera authentique même si vous arrivez à reprendre le cours normal de votre vie.


Manifestations comportementales

  • Alcoolisme, boulimie
  • Attachement aux symboles du disparu ou évitement de ceux-ci
  • Automatismes
  • Distraction
  • Hostilité
  • Hyperactivité
  • Impatience
  • Isolement
  • Pleurs
  • Propension à la toxicomanie
  • Recherche du disparu
  • Repli sur soi
  • Rêves, cauchemars
  • Rires nerveux
  • Soupirs
  • Troubles du sommeil
  • Verbalisation excessive


La célébration souvenir

Au CHU Sainte-Justine, une célébration souvenir est organisée trois fois par année pour les familles qui ont perdu leur bébé dans les unités mère-enfant. Cette cérémonie est un moment privilégié pour commémorer et souligner le passage sur terre de votre bébé.

Elle offre un temps de recueillement accompagné de musiques douces, de textes et de témoignages. Nous vous encourageons à y inviter vos proches si vous le souhaitez.

La célébration a habituellement lieu quelques mois après votre accouchement. Vous recevrez une lettre d’invitation par la poste.

Pour plus d’informations, vous pouvez communiquer avec l’équipe des soins spirituels au 514 345-4931, poste 5490.

Capsule vidéo

Sujet abordé dans cette vidéo :

  • Parlez-nous de la célébration souvenir du CHU Sainte-Justine.


Centres funéraires musulmans


La chambre de bébé

Pour certains parents, la chambre peut être perçue comme un lieu de recueillement et pour d’autres, comme un lieu évoquant de douloureux sentiments ou de douloureuses émotions.

Défaire la chambre du bébé s’avère une épreuve redoutée des parents, mais toutefois essentielle dans le cheminement du deuil. Cette étape vous aidera à intégrer la réalité de la mort de votre bébé.

D’abord, sachez qu’il n’y a aucune d’urgence. Il est recommandé d’attendre que les deux parents se sentent prêts et qu’ils réalisent cette tâche ensemble. Certains parents préfèrent défaire la chambre progressivement au fil des semaines et des mois, tandis que d’autres choisiront une journée dédiée à réaliser cette étape au complet. Si nécessaire, demandez l’aide de vos proches pour vous accompagner durant ce moment.

Il est fortement recommandé d’éviter de conserver la chambre intacte pour un prochain bébé1. Certains parents choisissent alors de peindre les murs d’une autre couleur, de changer de mobilier ou de modifier la décoration par exemple.

1 Fréchette-Piperni, S. (2005). Les rêves envolés : Traverser le deuil d’un tout petit bébé. Boucherville, Québec : Éditions de Mortagne.

Capsule vidéo

Question abordée dans cette vidéo :

  • Que faire de la chambre du bébé ?


Les phrases à éviter

  • « Vous êtes jeunes, vous en aurez d’autres. »
    Ce n’est pas un autre bébé que les parents désiraient, c’était celui-ci. Et les autres bébés qui feront éventuellement partie de la famille ne le remplaceront jamais.
  • « Tu n’étais qu’en début de grossesse. »
    L'’intensité du deuil n’est pas liée à la durée de la grossesse. Peu importent les circonstances, la peine peut être immense.
  • « C’est pire lorsque c’est un enfant plus vieux. »
    Il n’y a pas de deuil plus facile ou moins facile. La perte d’un enfant est une tragédie, peu importe quand survient sa mort. La douleur ne se mesure pas.
  •  « Vous ne l’avez pas vraiment connu. »
    Les parents étaient très attachés à leur bébé, Ils avaient des rêves et des projets qu’ils devront déconstruire.
  • « Ne pleure pas. »
    Il est normal de pleurer lorsqu’on est en deuil et laisser aller leurs émotions sans retenue soulage les parents.
  • « Je comprends. »
    Personne ne peut réellement comprendre le chagrin des parents, mais on peut être très touché et sensible à leur souffrance.
  • « Passe à autre chose. » ou « Reprends-toi. »
    Les parents ont besoin de temps pour faire leur deuil. Dites-leur plutôt qu’ils ont le droit d’être bouleversés et que c’est correct que cela prenne du temps.
  • « C’est peut-être mieux comme ça. »
    C’est une phrase qui fait beaucoup de peine aux parents, car comment imaginer qu’il soit mieux que leur bébé soit mort plutôt qu’en vie ?
  • « Au moins, il t’en reste un. » (situation de grossesse multiple)
    Les parents attendaient deux bébés et non un seul. Il est normal de vivre le deuil de cet enfant.
  • « Heureusement, vous avez déjà d’autres enfants. »
    La présence d’autres enfants dans la famille n’enlève pas l’intensité de la perte de leur bébé. Leur deuil est tout aussi grand.
  • « Vous devriez… / Vous ne devriez pas… » ou « Il faudrait… »
    Les parents n’ont pas envie qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire, car personne ne vit leur deuil à leur place. Ils ont juste besoin de votre ÉCOUTE.


Future grossesse et autres projets de vie

Il est recommandé d’attendre quelques mois avant de planifier une nouvelle grossesse. D’une part, votre corps se remettra de l’accouchement et, d’autre part, cela vous permettra de vous laisser suffisamment de temps pour vivre ce deuil, récupérer et mieux vivre une autre grossesse. Cette période représente aussi pour plusieurs parents l’occasion de se recentrer sur d’autres projets de vie.

Beaucoup de couples désirent avoir un autre enfant rapidement après la perte d’un bébé en espérant ainsi remplir le vide  qu’ils ressentent, aider à diminuer leur souffrance, réparer leur blessure et ramener la joie. C’est une réaction très compréhensible, mais nullement le rôle du prochain enfant. « Brûler » les étapes peut perturber le deuil, prolonger ses effets ou le reporter dans le temps.

Voici une question que vous pouvez vous poser : « Est-ce que c’est le bébé perdu que nous essayons de retrouver ou sommes-nous prêts à accueillir un bébé très différent1? » Au besoin, discutez-en avec votre médecin ou un thérapeute.

Il est fréquent de vivre des inquiétudes lors de la grossesse suivante, qualifiée de « grossesse espoir » ou de « grossesse arc-en-ciel » par des parents. Nous vous suggérons de demander du soutien pour vous aider à vivre cette étape le plus sereinement possible.

Vous trouverez dans la page Projet de grossesse du site Parents Orphelins, quelques conseils qui pourront vous guider lors d’une prochaine grossesse.

1 Fréchette-Piperni, S. (2005). Les rêves envolés : Traverser le deuil d’un tout petit bébé. Boucherville, Québec : Éditions de Mortagne.

Suggestion de lecture

  • Attendre un enfant après une interruption médicale de grossesse

    De Wally, D. (2018). Attendre un enfant après une interruption médicale de grossesse. Toulouse : Éditions Érès.

Pour les parents dont l’expérience de la grossesse se termine sur cette note, il important de savoir que les mots « parents » peuvent prendre différentes avenues, telles que l’adoption, ou encore devenir famille d’accueil. D’autres vont s’investir dans le bénévolat de certains organismes qui a du sens avec la perte de leur bébé.

Grossesse future et autres projets de vie

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Comment les parents arrivent-ils à reprendre le contrôle de leur vie ?
  • Que recommande-t-on pour une grossesse future ?
  • Comment guider les parents face à une grossesse future ?
  • Comment annoncer une nouvelle grossesse aux enfants ?


CLSC

CLSC
Le CLSC de votre région constitue une ressource en assurant un suivi par un professionnel et/ou en vous guidant vers les ressources de votre communauté.
Si vous avez déjà un dossier ouvert à votre CLSC avec un travailleur social, n’hésitez pas à le contacter pour obtenir des ressources reliées au deuil périnatal.


Les arrangements funéraires

Vous pouvez consulter la brochure Planifier les arrangements funéraires de votre enfant (english version) afin de prendre connaissance des différentes possibilités qui s’offrent à vous pour la disposition du corps de votre bébé.

Lors de votre séjour à l’hôpital, votre infirmière vous remettra un formulaire nommé Disposition du corps d’un enfant de moins d’un an par le CHU Sainte-Justine que vous devrez remplir afin de faire part de votre choix.

Sachez que vous avez 10 jours suivant l’accouchement pour prendre le temps de réfléchir et communiquer votre décision.

Une prestation spéciale pour frais funéraires peut être accordée par le gouvernement du Québec à une personne dont les ressources s’avèrent insuffisantes pour payer ces frais1. Pour obtenir des renseignements sur les programmes et les services du gouvernement du Québec, visitez la page de Services Québec.

1 Services Québec. (2019). Prestation spéciale pour frais funéraires. Repéré à www4.gouv.qc.ca

Capsules vidéo

Les funérailles

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Est-il possible de prévoir des funérailles pour un bébé ?
  • Quelles sont les options possibles pour la disposition du corps du bébé ?
  • Combien de temps les parents disposent-ils pour choisir ce qu’ils souhaitent que l’on fasse avec le corps de leur bébé?
  • Comment se déroule la mise en terre?
  • De quelle manière les frères et sœurs du bébé peuvent-ils s’impliquer lors des funérailles?

La disposition du corps

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Peut-on revoir le corps du bébé une dernière fois au complexe funéraire?
  • Comment disposer des cendres du bébé ?
  • Comment cela fonctionne pour récupérer les cendres ?
  • Quels sont les aspects légaux en lien avec les cendres ?
  • Les bijoux pouvant contenir des cendres
  • Les urnes biodégradables
  • Est-ce que le corps du bébé prend la place d’un terrain d’adulte dans le cimetière ?
  • Y a-t-il un poids minimum pour qu’un bébé puisse être enterré dans un cimetière ?
  • Est-il obligatoire d’enterrer le corps du bébé dans un cimetière ?


Les dates importantes

Certaines dates importantes peuvent raviver la peine, une réaction normale en soi, et rappeler l’absence du bébé, particulièrement durant les premières années qui suivent la perte du bébé :

  • La date prévue de l’accouchement
  • La date de l’accouchement ou la date du décès de votre bébé
  • La fête des Mères
  • La fête des Pères
  • Le temps des Fêtes
  • Les vacances
  • Tous les autres événements ou les fêtes que vous aviez imaginé vivre avec votre bébé

Vous pouvez poser un geste symbolique (rituel) afin d’apporter du sens à ces passages plus difficiles, ou encore vous offrir des moments de réconfort comme une petite sortie ou un cadeau.

Il est aussi possible de se préparer à ces journées en ne niant pas la crainte ou le remous émotionnel qu’elles provoquent, en questionnant votre conjoint ou votre entourage sur l’intention de poser un geste sans doute petit, mais d’autant plus signifiant.

Capsule vidéo

Question abordée dans cette vidéo :

  • Quelle date les parents « célèbrent » les années suivantes ?


Manifestations cognitives

  • Absence de sens à la vie
  • Concentration difficile
  • Confusion
  • Doute et incrédulité
  • État de choc
  • Hallucinations auditives
  • Hallucinations visuelles
  • Idéalisation
  • Identification
  • Impression de la présence du défunt à ses côtés
  • Négation de la réalité
  • Souvenirs


4. La réappropriation

Doucement, vous commencerez à prendre un certain recul par rapport aux évènements et vous réaliserez tout le chemin que vous avez parcouru.

Vous envisagerez de nouveaux projets. Ils vous permettront de vous réconcilier avec la vie et ses petits bonheurs.


Hygiène

Dès votre retour à la maison après votre accouchement, vous pouvez prendre des bains en toute sécurité, aussi souvent que vous voulez. Ces moments de tranquillité vous permettront de penser un peu à vous. De plus, l’hygiène est très importante. Voici quelques conseils :

  • Prenez une douche ou un bain chaque jour, ou plus d’une fois par jour, dans une baignoire propre sans huile et sans bain moussant;
  • Changez votre serviette hygiénique au moins toutes les 4 heures;
  • Essuyez-vous toujours de l’avant vers l’arrière;
  • Lavez vos mains après chaque passage aux toilettes.

Cependant, ne vous donnez pas de douche vaginale. La natation, elle, est possible quand les lochies ne sont plus abondantes.


Quand l’annoncer ?

Nous vous conseillons de l’annoncer le plus tôt possible et de préférence, avant l’hospitalisation. Il faut toutefois éviter le moment d’aller au lit.

En effet, votre enfant ressentira qu’il se passe quelque chose, car il vous sera impossible de cacher vos émotions. Il vous voit triste, il perçoit la détresse et le changement d’humeur de ses parents.

En parler le plus tôt possible permettra à votre enfant de comprendre l’origine de votre chagrin au lieu de se sentir mis à distance.

Si vous avez plusieurs enfants à la maison, il est conseillé de faire l’annonce en même temps à tous vos enfants réunis. Vous pourrez par la suite prendre du temps seul avec chacun d’eux pour accueillir leurs réactions. Cela vous permettra aussi de répondre à leurs questions et d’adapter les mots selon leur âge1.

Épisode 3 : Le retour à la maison

Épisode 4 : Comment aider les parents endeuillés ?


Comment le dire ?

Comment leur expliquer que leur petit frère ou leur petite sœur ne reviendra jamais à la maison ? Il est difficile de trouver les bons mots lorsqu’il s’agit de parler de la mort, mais encore plus lorsque celle-ci arrive à un bébé tant attendu.

Chez les enfants, la perception de la mort varie beaucoup selon leur âge et leur stade de développement. Afin de leur annoncer cette triste nouvelle dans les meilleures conditions, choisissez un lieu sécurisant pour votre enfant en évitant les chambres à coucher. Avec douceur et des mots simples, commencez avec ce qu’il connait déjà : l’annonce de l’arrivée d’un nouveau bébé, le ventre de maman qui grossit, les préparatifs, etc.

Dans tous les cas, nous vous conseillons de dire la vérité à votre enfant. Nommez les choses avec des mots simples et clairs. Il sera important de dire que le bébé est décédé en utilisant le mot mort. Cela permettra à votre enfant d’intégrer la réalité de la perte du bébé sans ambigüité.

Exemples de phrases

Phrases à utiliser

Voici quelques exemples de phrases que vous pourriez utiliser :

  • « Maman et papa sont inquiets. Nous sommes allés plusieurs fois chez le médecin pour le bébé (Prénom). Il ne va pas bien. Le médecin a vérifié plusieurs fois, mais le bébé va mourir (ou il est décédé). Je suis triste et j’ai de la peine… et toi ? C’est difficile à dire, mais Bébé ne peut venir vivre avec nous à la maison. Il va mourir, on ignore quand exactement. Je dois retourner à la l’hôpital. Maman va accoucher et le bébé va sortir. »
  • « Le bébé avait une maladie qu’on ne peut pas traiter et qu’on trouve parfois chez des petits bébés. Ni toi, ni moi ne pouvons avoir cette maladie. »
  • « Le bébé est mort, il ne reviendra jamais habiter avec nous à la maison. »
  • « Comment on sait qu’on est mort ou en vie ? Quand on est en vie, on rit, on pleure, parfois on est fâché, on mange, on dort, on va à la garderie, on joue, on travaille. Quand on est mort, le cœur ne bat plus, on ne respire plus, on ne ressent plus rien et c’est pour toujours. Personne n’est responsable, ni moi, ni toi, ni bébé. »
  • « Ce n’est la faute de personne si le bébé est mort. »
Phrases à éviter

Il est fondamental d’éviter de dire certaines phrases qui pourraient générer des peurs ou de l’incompréhension, telles que :

  • « Le bébé fait dodo. »
  • « Le bébé fait un long voyage. »
  • « Le bébé est au ciel. »
  • « Le bébé est devenu un petit ange. »
  • « Jésus est venu chercher le bébé. »

Selon son âge, il sera important de vérifier que votre enfant a compris les mots que vous avez utilisés. Par la suite, il est souhaitable de prévoir un temps pour qu’il puisse réagir et jouer seul. Laissez-le vous poser des questions ou passer ses commentaires qui lui permettront de mieux comprendre. Ne cachez pas vos sentiments. En tant que modèle, vous l’aiderez ainsi à exprimer les émotions qu’il ressent à la suite de votre annonce.

N’hésitez pas à faire part à votre enfant de vos croyances en ce qui concerne la mort. Aborder la dimension spirituelle peut être aidant dans le processus de deuil. Le deuil est une démarche active qui permet de définir cette nouvelle forme que prendra le bébé aux yeux de la famille.

Certains parents utilisent des histoires ou des images pour illustrer ce qui s’est passé. Plusieurs ouvrages sont dédiés à aider les parents à trouver les mots pour parler de la mort périnatale aux plus jeunes (voir les suggestions d'ouvrages).


Périnée

Après un accouchement vaginal, votre périnée restera sensible quelque temps. Il est aussi normal que les lèvres soient plus écartées et que l’aspect et les sensations de la vulve changent.

Si vous avez des points de suture, ne craignez rien, ils ne céderont pas lorsque vous allez à la selle. Après le bain, laissez sécher les points de suture avant de vous rhabiller.

Vous pouvez faire des exercices pour rendre le tonus à votre périnée. Plusieurs fois par jour, vous pouvez contracter les muscles du plancher pelvien, comme pour retenir l’urine, puis relâcher. Vous pouvez commencer à faire ces exercices quelques jours après l’accouchement, même si vous avez eu des points de suture, puisque ces exercices activent la circulation et favorisent la cicatrisation. Vous pouvez passer progressivement à 100 contractions par jour.


5. La transformation

Pour retrouver un apaisement et une sérénité, vous ressentirez le besoin de trouver un sens à la perte de votre bébé. Vos valeurs et vos croyances seront peut-être différentes et vous aurez probablement un nouveau regard sur la vie.

Le deuil est une épreuve, un bouleversement profond de la vie. Il transforme. De nouvelles choses émergent de ces souffrances. Mais la seule chose qui ne meurt jamais, c’est l’amour, celui que l’on a reçu et celui que l’on a donné.

Elisabeth Kübler-Ross

L’amour est ce qui reste quand il ne reste plus rien.

Christiane Singer


L’admissibilité à un congé parental

Congé maternité  (19 semaines et un jour, et plus)1

L’âge gestationnel (le nombre de semaines de grossesse) sera confirmé par votre médecin traitant. Il peut varier selon les échographies.

Si la perte de votre bébé s’est produite après 19 semaines selon la date des dernières menstruations, la mère a droit à un congé de maternité et recevra alors une prestation financière provenant du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) selon les modalités suivantes :

  • 70 % du salaire durant 18 semaines
  • ou
  • 75 % du salaire durant 15 semaines

Si vous êtes travailleuse autonome, vous avez également droit à un congé de maternité selon certains critères d’admissibilité.

Vous pourrez faire votre demande de prestation et trouverez davantage d’informations auprès du Régime québécois d’assurance parentale par téléphone au numéro 1 888 610-7727 ou en ligne au www.rqap.gouv.qc.ca


Certificat médical d’incapacité de travail (19 semaines ou moins)1

Selon les normes du travail, vous avez droit à un congé de maternité spécial de trois semaines sans toutefois avoir droit aux revenus provenant du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP). Si vous occupez un emploi, informez-vous auprès de votre employeur si une assurance salaire s’applique dans votre cas.

Si aucune compensation financière n’est possible, vous êtes éligible aux prestations d’assurances emploi, après deux semaines d’absence au travail si vous répondez aux critères d’admissibilité (si vous avez accumulé 600 heures de travail dans les 52 semaines précédant la naissance du bébé). Le numéro de téléphone de l’assurance emploi est le 1 800 808-6352.

Si après ces trois semaines, vous avez besoin de prolonger votre congé, vous devez consulter votre médecin de famille qui, à la suite d’une évaluation, pourra vous remettre un certificat médical attestant le besoin de poursuivre votre congé.

Veuillez communiquer avec la secrétaire de la Clinique d’obstétrique gynécologie au 514 345-4705 si vous avez besoin d’informations supplémentaires ou de formulaires à remplir (des frais seront exigés pour les formulaires, puisque ce service n’est pas couvert par la Régie d’assurance maladie du Québec).


Certificat médical d’incapacité de travail de l’autre parent1

Le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) ne prévoit pas de congé pour l’autre parent lors du décès d’un bébé. Avant votre départ de l’hôpital, l’infirmière remettra à l’autre parent un certificat médical d’incapacité de travail signé par le médecin (généralement 2 semaines, ou plus dépendamment des besoins de l’autre parent).

S’il occupe un emploi, l’autre parent doit s’informer auprès de son employeur si une assurance-salaire s’applique. Dans l’éventualité où l’autre parent n’est pas en mesure de retourner au travail, nous lui suggérons de prendre un rendez-vous avec son médecin de famille (ou dans une clinique sans rendez-vous le cas échéant) afin de demander un certificat médical attestant le besoin de poursuivre le congé.

1 Belleau, J. (2006). Admissibilité à un congé suite à la perte de votre bébé. Montréal : CHU Sainte-Justine

Capsule vidéo

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Quels sont les différents congés offerts pour la mère ?
  • Quels sont les différents congés offerts pour l’autre parent ?


Forums

Autres ressources


CLSC

CLSC
Le CLSC de votre région constitue une ressource en assurant un suivi par un professionnel et/ou en vous guidant vers les ressources de votre communauté.

Si vous avez déjà un dossier ouvert à votre CLSC avec un travailleur social, n’hésitez pas à le contacter pour obtenir des ressources reliées au deuil périnatal.


Soutien téléphonique

  • Info-Social 811
    Composer le 8-1-1
    • Vous traversez une situation qui vous fait vivre de l’anxiété.
    • Vous avez des inquiétudes pour un proche.
    • Vous vivez des difficultés dans votre famille ou votre couple.
    • Vous vivez un deuil.
    • Vous avez des questions concernant d’autres situations ou comportements qui vous inquiètent.
  • Suicide Action Montréal
    En détresse, inquiet, endeuillé, appelez maintenant et en TOUT TEMPS.
    1-866-277-3553
    Une ligne dédiée à la prévention du suicide.
    suicideactionmontreal.org
  • Tel-Aide
    Tel-Aide propose une écoute pour désamorcer un état de crise. Vous pourrez vous exprimer sans retenue. Ils vous aideront à retrouver de l’espoir. Tel-Aide offre également du secours lorsque la vie est en danger.
    514-935-1101
    www.telaide.org


Soutien téléphonique

  • Parents Orphelins
    Association québécoise des parents vivant un deuil périnatal
  • Préma-Québec
    Pour les parents d’enfants prématurés
    Soutien en cas de deuil; Communication téléphonique avec le personnel de Préma-Québec
  • Tel-Aide
    514 935-1101
    Désamorcer un état de crise; s’exprimer sans être jugé; dépasser la crise afin d’amorcer une réflexion; trouver de l’espoir; aller vers des solutions qui conviennent; recevoir du secours lorsque sa vie est en danger.
  • Suicide Action Montréal
    En détresse, inquiet, endeuillé, appelez maintenant et en TOUT TEMPS.
    1 866 277-3553

Compléments d'information


Le jour où tout bascule : Complément d'information

Le deuil périnatal

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Est-ce que la durée de la grossesse est représentative de la durée et de la difficulté du deuil ?
  • Est-ce qu’il y a une différence entre perdre un bébé en début et en fin de grossesse ?
  • Comment le deuil d’un bébé est actuellement perçu par la société ?


Selles et urine

Il est normal de ne pas aller à la selle pendant 2 à 3 jours après un accouchement vaginal et 3 à 5 jours après une césarienne. Cependant, si vous retardez davantage, vous êtes peut-être constipée. Cela arrive souvent après un accouchement par voie vaginale ou par césarienne. Si cela vous arrive, suivez ces conseils :

  • Mangez des aliments riches en fibres : céréales de son, pain de grains entiers, légumes crus, fruits, légumineuses, noix;
  • Buvez beaucoup de liquide;
  • Allez à la toilette dès que le besoin s’en fait sentir;
  • Buvez du jus de pruneaux ou mangez des pruneaux nature.

Si ces mesures ne suffisent pas, vous pouvez employer un laxatif. Choisissez un produit à base de fibres (ex. : MetamucilMD) et buvez suffisamment de liquide pour ne pas aggraver la constipation. Vous pouvez aussi prendre un émollient comme le docusate (ex. : ColaceMD).

Après l’accouchement, uriner vous donnera peut-être une impression de brûlure : n’hésitez pas à asperger votre vulve d’eau tiède. Il est normal, dans les premiers jours après un accouchement, d’avoir de la difficulté à retenir ses urines et ses gaz. Si ces désagréments persistent, parlez-en à votre médecin lors de la visite de suivi.


Les réactions des enfants

Votre enfant avait lui aussi hâte de voir son petit frère ou sa petite sœur. Il s’est déjà imaginé en train de jouer avec lui et de partager des moments ensemble.

De façon générale, l’enfant est surtout préoccupé par le bien-être de ses parents plutôt que par le décès du bébé. Rassurez-le en lui expliquant qu’au besoin, des adultes vont vous aider.

Il peut aussi ressentir un sentiment d’abandon ou, dans certains cas, se sentir coupable d’avoir souhaité la mort du bébé. Prenez le temps de lui dire que personne n’est responsable de ce qui est arrivé au bébé. Il peut également être inquiet à l’idée de mourir lui aussi ou que ses parents meurent à leur tour. Il est important de rassurer votre enfant face à ses préoccupations. Vous pouvez lui expliquer que la mort arrive en général lorsque l’on est très vieux ou très malade. Rassurez-le en lui  disant qu’il est en bonne santé, tout comme vous et les autres membres de la famille.

Expliquez-lui que les émotions qu’il ressent sont normales. Vous pouvez lui proposer par exemple de s’exprimer par le biais d’un dessin.

Encouragez-le à jouer et à faire ses activités.  Être dans l’action permet une distraction temporaire à la souffrance et concrétise le deuil qui s’avère très abstrait pour l’enfant. En lui proposant des choix et des gestes à poser, cela  contribuera au sentiment de contrôle et diminuera le stress associé aux évènements.

Exemples de choix à proposer :

  • Choisir un pyjama pour le bébé
  • Choisir des fleurs en pot pour le balcon, etc.

Source : Pixabay

Exemples de gestes à proposer :

  • Le partage (donner un de ses toutous)
  • La mise en place d’un moment de recueillement (choix d’une chanson)
  • Faire un dessin pour le bébé

Il se peut qu’après l’annonce, votre enfant pose toutes sortes de questions. Il pourrait vous demander par exemple à plusieurs reprises « Pourquoi le bébé est mort ? ». Afin de le rassurer et d’apaiser ses inquiétudes, il est préférable de nommer la cause réelle de la mort plutôt que de laisser votre enfant l’imaginer.

N’hésitez pas à consulter un professionnel si vous avez des inquiétudes pour votre enfant ou si vous avez besoin de soutien.

Depuis notre naissance, nous apprenons à composer avec différentes séparations : jouer seul, dormir seul (se sentir en sécurité en présence d’adultes), aller à la garderie, à l’école ou dans un camp de vacances, etc. La mort fait partie de la vie et votre enfant apprendra à accepter cette réalité au fur et à mesure qu’il grandira.


Exercice

Environ 2 semaines après l’accouchement vaginal, vous pouvez reprendre progressivement vos activités. Il est préférable de commencer par de petites promenades, car au début, vous vous fatiguerez plus rapidement et peut-être de façon soudaine.


Programme d'aide aux employés

Informez-vous à votre milieu de travail s’il offre un programme d’aide aux employés. Vous pourriez bénéficier d’un certain nombre de consultations gratuites avec un professionnel (Ex. : psychologue, psychothérapeute, travailleur social, etc.).

L'annonce du diagnostic

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Accoucher immédiatement ou prendre un temps de réflexion ?
  • Pourquoi est-il rare que l’on procède à une césarienne dans ce type d’accouchement ?


Programme d'aide aux employés

Informez-vous à votre milieu de travail s’il offre un programme d’aide aux employés. Vous pourriez bénéficier d’un certain nombre de consultations gratuites avec un professionnel (Ex. : psychologue, psychothérapeute, travailleur social, etc.).


Sites web francophones


Photographes bénévoles


Sexualité

Plusieurs parents se demandent quand reprendre les activités sexuelles après l’accouchement. En l’absence de contre-indication médicale, les personnes peuvent vivre des activités sexuelles sans crainte lorsqu’elles en ont envie. Le moment pour reprendre les relations sexuelles avec pénétration varie en fonction des besoins et des préférences de chaque personne.

Annoncer la nouvelle

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Comment annoncer la mort d’un bébé à un enfant ?
  • Comment un parent peut expliquer ce qu’est le deuil périnatal à son entourage ?


Sites web francophones

Les soins palliatifs

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Est-ce que les soins palliatifs et les soins de fin de vie sont la même chose ?
  • En quoi consistent les soins palliatifs ?
  • Comment l’équipe soignante accompagne la famille d’un bébé en soins palliatifs ?
  • Comment les familles peuvent s’impliquer dans les soins de fin de vie ?


Sites web anglophones


Contraception

Vous pourriez devenir enceinte même si vous n’avez pas eu vos menstruations. L’ovulation peut survenir aussi rapidement qu’à la 3e semaine après l’accouchement ou la césarienne. Utilisez une méthode contraceptive efficace pour éviter une grossesse non planifiée.


Psychologie


Sites web anglophones

L'accompagnement

Question abordée dans cette vidéo :
  • Est-ce que les parents peuvent demander aux proches de les accompagner durant le séjour à l’hôpital?


Poids

La majorité des femmes retrouvent leur taille normale sans effort particulier. En quelques mois, votre corps épuisera les réserves accumulées pendant la grossesse. Mangez sainement. Surtout, soyez patiente! Le poids gagné en 9 mois ne peut pas être éliminé en quelques jours.

Résistez à la tentation de maigrir rapidement.  Perdre de 1 à 2 kg (2 à 4 lb) par mois est raisonnable.


Césarienne


À l’hôpital

À l’hôpital, on vous encouragera à marcher, à boire et à manger de façon progressive lorsque les effets de l’anesthésie seront partis et que vous vous sentirez mieux. Bouger après la césarienne aide à récupérer plus facilement. Vous aurez également des pertes sanguines vaginales (lochies). Pendant la période où vous aurez des lochies, utilisez des serviettes hygiéniques et non des tampons.

Vous serez incommodée par une douleur à l’endroit de l’incision et par un engourdissement de la peau dans cette même région. Leur présence et leur durée varient d’une femme à l’autre. Des médicaments pour soulager la douleur pourront vous être prescrits par votre médecin. L’incision guérira au cours des semaines suivant la césarienne.

Avant votre départ de l’hôpital, un professionnel de la santé vous informera des soins à apporter à votre plaie et vous donnera des conseils adaptés à votre situation. N’hésitez pas à poser toutes vos questions.

Le prénom du bébé

Question abordée dans cette vidéo :
  • Quelle décision prendre quant au prénom du bébé?


Psychologie


Souvenirs

Les souvenirs

Questions abordées dans cette vidéo :
  • Quelle est l’importance des souvenirs?
  • Pourquoi prendre des photos du bébé?
  • Qu’est-ce que la Fondation Portraits d’Étincelles?
  • Comment demander les services de Portraits d’Étincelles?


De retour à la maison

Dans les 2 semaines après une césarienne, il est suggéré de vous reposer, mais de ne pas rester au lit. Durant cette période, vos activités devraient se limiter à faire vos soins personnels et à bouger le plus possible pour favoriser une bonne récupération. La présence d’une personne qui peut vous donner un coup de main durant cette période sera utile.

Le bain et la baignade sont possibles lorsque les saignements et les pertes vaginales ne sont plus abondants. Quelques semaines sont nécessaires avant de pouvoir reprendre toutes vos activités, comme conduire un véhicule, soulever des poids lourds, pratiquer certaines activités physiques ou un sport ou avoir des relations sexuelles.

La récupération et l’énergie varient d’une femme à l’autre et d’un jour à l’autre. Elles dépendent de plusieurs facteurs, par exemple de votre sommeil et de l’aide disponible. L’important est de vous écouter et de ne pas en faire trop.


Quand consulter ?

Après une césarienne, une fois à la maison, consultez rapidement un médecin si :

  • Vous observez des signes indiquant la présence possible d’infection à la plaie (ex. : rougeurs, écoulements);
  • Vous avez un des problèmes présentés au titre « Quand consulter un médecin ? ».


Le jour de l'accouchement

Le déroulement du séjour

Question abordée dans cette vidéo :

  • Comment se déroule la journée de l’accouchement ?

La chambre d’accouchement

Question abordée dans cette vidéo :

  • À quoi ressemble une chambre d’accouchement ?

Les membres de l'équipe

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Quel est le rôle de l’intervenant en soins spirituels ?
  • Quel est le rôle de l‘infirmière en évaluation des soins du deuil périnatal ?
  • Quel est le rôle du médecin généticien ?

La gestion de la douleur physique et psychologique

Question abordée dans cette vidéo :

  • Comment les parents sont-ils accompagnés dans leur souffrance ?

L'accouchement

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Pourquoi arrive-t-il que certaines mères aient peur et ne veuillent plus accoucher ?
  • Lorsqu’un bébé décède avant de naitre, quelle date est consignée au dossier ?

La délivrance placentaire

Question abordée dans cette vidéo :

  • Est-il possible que le placenta prenne plus de temps à sortir dans ce type d’accouchement ?

La rencontre avec le bébé

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Comment se passe la rencontre avec le bébé ?
  • Combien de temps les parents peuvent passer avec leur bébé s’il y a une autopsie ?

Les soins au bébé

Question abordée dans cette vidéo :

  • Comment l’infirmière s’occupe du bébé après la naissance ?

La fratrie au moment du décès

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Doit-on proposer aux frères et sœurs du bébé de venir à l’hôpital ou aux funérailles?
  • Quelle est la réaction d’un enfant face à la mort?
  • Pourquoi certains enfants cherchent  à faire rire leurs parents après l’annonce de la triste nouvelle?

La fratrie au retour à la maison

Question abordée dans cette vidéo :

  • Quels sont les enjeux face aux autres enfants à la maison?

L'histoire de David

Décès et mortinaissance

Question abordée dans cette vidéo :

  • Qu’est-ce qu’une mortinaissance ?

Les funérailles

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Est-il possible de prévoir des funérailles pour un bébé ?
  • Quelles sont les options possibles pour la disposition du corps du bébé ?
  • Combien de temps les parents disposent-ils pour choisir ce qu’ils souhaitent que l’on fasse avec le corps de leur bébé?
  • Comment se déroule la mise en terre?
  • De quelle manière les frères et sœurs du bébé peuvent-ils s’impliquer lors des funérailles?

La disposition du corps

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Peut-on revoir le corps du bébé une dernière fois au complexe funéraire?
  • Comment disposer des cendres du bébé ?
  • Comment cela fonctionne pour récupérer les cendres ?
  • Quels sont les aspects légaux en lien avec les cendres ?
  • Les bijoux pouvant contenir des cendres
  • Les urnes biodégradables
  • Est-ce que le corps du bébé prend la place d’un terrain d’adulte dans le cimetière ?
  • Y a-t-il un poids minimum pour qu’un bébé puisse être enterré dans un cimetière ?
  • Est-il obligatoire d’enterrer le corps du bébé dans un cimetière ?

L'admissibilité à un congé

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Quels sont les différents congés offerts pour la mère ?
  • Quels sont les différents congés offerts pour l’autre parent ?

Anticiper le retour à la maison

Question abordée dans cette vidéo :

  • Comment se préparer au retour à la maison ?

Le suivi médical après l'accouchement

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Comment se passe le rendez-vous de suivi post-partum ?
  • Comment se passe le rendez-vous de suivi en génétique ?

Le suivi avec un intervenant

Question abordée dans cette vidéo :

  • À quoi ressemble le suivi avec un intervenant en deuil ?


Le retour à la maison

La quête de sens

Question abordée dans cette vidéo :

  • Comment arrive-t-on à trouver un sens à la perte du bébé ?

Les réactions de deuil et les perturbations

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Est-ce que le risque de dépression est plus élevé à la suite d’un deuil périnatal ?
  • Quels sont les signes de dépression à surveiller ?
  • Est-ce que le deuil périnatal mène à des remises en question ?

Composer avec les émotions

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Est-ce fréquent de ressentir de la culpabilité ?
  • Qu’est-ce qui peut aider les parents qui ressentent une perte de contrôle ?
  • Comment retrouver une vie « normale » ou « comme avant » ?
  • Comment faire face aux événements joyeux, comme un shower de bébé ?

Deuil et fertilité

Question abordée dans cette vidéo :

  • Est-ce que le deuil des parents est différent à la suite d’un parcours en procréation médicale assistée ?

Le cheminement du deuil

Question abordée dans cette vidéo :

  • Est-ce qu’il y a un terme à un deuil ?

Le deuil du père ou du partenaire

Question abordée dans cette vidéo :

  • Est-ce courant que le partenaire vit son deuil à retardement ?

L’impact sur le couple et les proches

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Retour au travail du conjoint : comment ne pas se perdre de vue ?
  • Quels sont les risques de séparation à la suite d’un deuil périnatal ?
  • Expliquez-nous comment le deuil périnatal touche les grands-parents.

La célébration souvenir

Sujet abordé dans cette vidéo :

  • Parlez-nous de la célébration souvenir du CHU Sainte-Justine.

Les dates importantes

Question abordée dans cette vidéo :

  • Quelle date les parents « célèbrent » les années suivantes ?

Le retour au travail

Question abordée dans cette vidéo :

  • Comment se préparer au retour au travail ?

La chambre de bébé

Question abordée dans cette vidéo :

  • Que faire de la chambre du bébé ?

Future grossesse et autres projets de vie

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Comment les parents arrivent-ils à reprendre le contrôle de leur vie ?
  • Que recommande-t-on pour une grossesse future ?
  • Comment guider les parents face à une grossesse future ?
  • Comment annoncer une nouvelle grossesse aux enfants ?

Les ressources pour les parents

Question abordée dans cette vidéo :

  • Quelles ressources peut-on suggérer aux parents ?
  • Qu’est-ce que l’association Parents Orphelins ?
  • Que penser du contenu sur Internet ?


Comment aider les parents endeuillés

Le deuil périnatal et l’entourage

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Pourquoi l’intensité du deuil périnatal peut-elle être mal comprise ?
  • Pourquoi l’entourage évite-t-il souvent de parler de la perte du bébé ?
  • Comment combiner les évènements heureux tout en respectant le deuil des parents ?
  • Quels conseils pouvez-vous donner aux grands-parents endeuillés ?

Les rituels et les proches

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Quelle est l’importance des rituels pour l’entourage ?
  • Comment une cérémonie aide l’entourage à concrétiser la mort du bébé ?
  • Certains disent que c’est exagéré de faire un rituel pour un bébé qui n’a pas vécu. Qu’en pensez-vous ?
  • Les parents manifestent souvent la peur que leur bébé tombe dans l’oubli. Que peut faire l’entourage ?

Le contact avec les parents endeuillés

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Comment l’entourage peut-il aider les parents endeuillés ?
  • Comment aborder quelqu’un en deuil périnatal ?

Les mots à utiliser

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Comment aborder le sujet de la perte du bébé avec les parents ?
  • Comment composer avec un malaise face au sujet de la perte du bébé ?
  • Est-ce que cela peut créer un malaise d’être accompagné d’enfants lors de la visite des parents endeuillés?
  • Quelles sont les phrases à éviter ?
  • Comment discuter de la nouvelle grossesse avec des parents qui ont déjà perdu un bébé ?
  • Quelle est l’importance de compter les bébés décédés dans l’histoire familiale ?

Les ressources pour l'entourage

Questions abordées dans cette vidéo :

  • Où peut-on trouver de l’information sur le deuil périnatal ?
  • Comment l’entourage peut-il accompagner les parents ?

Que désirez-vous consulter ?

Remerciements...

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué à la réalisation de ces vidéos. Merci aux parents d’avoir partagé leur vécu, merci à leurs proches d’être venus témoigner et merci à Mélanie Gagné, qui a animé les dialogues avec beaucoup de douceur et de sensibilité.

À propos de cette page
Mise à jour le 8 janvier 2020
Créée le 25 avril 2019
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine