CHU Sainte-Justine
mercredi 17 février 2016

Recommandations pour les professionnels de la santé: Prévention et dépistage de l'infection par le virus Zika chez la femme enceinte ou désirant le devenir et son partenaire

Une éclosion de virus Zika sévit actuellement dans plusieurs pays d’Amérique du sud, d’Amérique centrale, des Caraïbes ainsi qu’au Mexique et Porto Rico (pour une liste à jour consulter le site du PAHO).  Le virus Zika est un flavivirus transmis par les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus. Il est estimé que 80% des personnes infectées sont asymptomatiques. Les patients symptomatiques présentent principalement une fièvre, un rash maculopapulaire, des arthralgies ou une conjonctivite.

Récemment, la transmission materno-fœtale de ce virus a été décrite pendant la grossesse. Malgré le fait que l’ARN du virus Zika ait été détecté dans les échantillons de mort fœtale, il est encore incertain que le virus soit la cause de ces avortements spontanés. Le virus Zika a aussi été retrouvé chez des nouveau-nés présentant une microcéphalie et une augmentation de l’incidence de microcéphalie a été observée au Brésil, là où a sévit la majeur partie de l’éclosion à virus Zika (voir site du CDC). Un lien de causalité entre les atteintes cérébrales et l’infection congénitale par le virus Zika est fortement suggéré dans une publication récente du NEJM (NEJM 10 fév 2016). Des recherches sont actuellement en cours pour mieux comprendre cette relation.

Tests diagnostiques et limites

Les tests diagnostiques pour le virus Zika évoluent rapidement mais présentent des limites. La meilleure façon de prouver le diagnostic est la mise en évidence du virus par RT-PCR dans le sang ou les urines du patient. La virémie étant de courte durée et la majorité des patients étant asymptomatiques, ceci n’est pas toujours possible.

Des tests sérologiques sont aussi disponibles. En général, une absence d’IgM sérique, 2 à 12 semaines après le retour d’une zone endémique, signifie qu’il n’y a pas eu d’infection et permet de rassurer les patients.  Cependant la valeur prédictive négative du test n’est pas connue. A l’inverse, la présence d’IgM ne prouve pas le diagnostic car des réactions croisées avec d’autres flavivirus (dengue, virus du Nil occidental, fièvre jaune ou vaccination antérieure contre la fièvre jaune) peuvent amener une réaction faussement positive des IgM. Il faut donc interpréter les résultats de ces tests avec prudence et ne pas hésiter à prendre conseil auprès de centres spécialisés. 

Recommandations pour les femmes enceintes ou planifiant une grossesse considérant un voyage dans une zone de transmission du virus Zika

Nous recommandons aux femmes enceintes ou planifiant une grossesse de reporter tout voyage dans une zone de transmission du virus Zika.

Si une femme enceinte ou planifiant une grossesse voyage dans une zone de transmission du virus Zika, il est recommandé de suivre strictement les précautions de prévention des piqûres de moustiques. (http://voyage.gc.ca/voyager/sante-securite/piqure-d-insecte)

Pour les femmes qui ne sont pas enceintes, une contraception efficace est suggérée durant le voyage et il semble prudent de la poursuivre  jusqu’à 2 mois après le retour d’une zone de transmission du virus Zika.

Recommandations pour les femmes enceintes ayant voyagé dans une zone de transmission du virus Zika

Voir algorithme et tableaux ci-dessous.

La décision de tester une femme enceinte revient au médecin traitant et l’interprétation des résultats peut être complexe. Les enjeux liés à l’interprétation des résultats doivent être exposés à la femme enceinte avant de procéder à l’analyse.

Recommandations pour les partenaires sexuels de femmes enceintes ou planifiant une grossesse ayant voyagé ou considérant un voyage dans une zone de transmission du virus Zika

Des cas de transmission sexuelle du virus Zika de l’homme vers la femme ont été décrits (voir site du CDC). Le virus Zika a été détecté par RT-PCR dans le sperme. Bien que la virémie soit de courte durée, les données fragmentaires suggèrent que la présence du virus Zika dans le sperme pourrait durer de 2 à 10 semaines. Il est dès lors prudent de recommander chez la femme enceinte, que toute relation sexuelle avec un partenaire ayant voyagé dans une zone de transmission du virus Zika soit protégée par un condom, et ce pour toute la durée de la grossesse. Pour la femme désirant devenir enceinte, il semble raisonnable d’attendre 3 mois, après le retour du partenaire, avant d’avoir des relations sexuelles non protégées.

*Ces recommandations pourraient être révisées en fonction de l’évolution de la situation et des connaissances. Vous pouvez aussi consulter les recommandations de l’Agence de la Santé Publique du Canada.

Groupe de travail sur les infections materno-foetales du CHU Sainte-Justine
V. Lamarre, C. Renaud, F. Kakkar, M. Boucher, I. Boucoiran

img_zika_algorithme.jpg

Tableau 1

Analyses recommandées pour recherche de virus Zika chez la femme enceinte

Présentation clinique Analyses recommandées
Femmes enceintes symptomatiques dans les deux semaines après le retour de voyage dans une zone de transmission du virus Zika et dont les symptômes ont débuté depuis moins de 10 jours

1 Tube doré 5 ml de sang pour :

  • Sérologie dengue IgM
  • Sérologie Chikungunya IgM
  • Sérologie Zika IgM
  • RT-PCR Zika

Un pot de 10ml d’urine pour :

  • RT-PCR Zika

Femmes enceintes symptomatiques dans les deux semaines après le retour de voyage dans une zone de transmission du virus Zika et dont les symptômes ont débuté depuis plus de 10 jours

1 tube doré 5 ml de sang pour :

  • Sérologie dengue IgM
  • Sérologie Chikungunya IgM
  • Sérologie Zika IgM

Femmes enceintes aymptomatiques de retour d’une zone de transmission de virus Zika depuis PLUS DE 2 SEMAINES et moins de 12 semaines

1 tube doré 5 ml de sang pour :

  • Sérologie Zika IgM

Tableau 2

Informations obligatoires à fournir avec la requête analytique et les échantillons (requises par le Laboratoire National de Microbiologie)

Pays visité :  
Dates de départ et de retour :  

Symptômes :

Oui __  Non __

Si oui:

  • Lesquels: 
  • Date de début:

 

Notes

*Le diagnostic repose sur la détection d’anticorps (IgM) dans des spécimens de sérum prélevés 7 jours ou plus après le début des symptômes ou entre 2 et 12 semaines après le retour d’une zone à risque. Compte tenu de la co-endémicité et des réactions immunitaires croisées avec le virus de la dengue, un test de confirmation de type PRNT sera effectué pour cibler plus spécifiquement le virus responsable de l’infection. Un test RT-PCR est aussi disponible pour détecter le virus dans le sérum ou l’urine. Ce test est utile jusqu’à 7 (sang) et 10 (urine) jours après le début des symptômes. Il est très important de respecter ce délai puisque la virémie est généralement faible et de courte durée. Plus de détails sont disponibles sur le site du Laboratoire de Santé Publique du Québec: https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/lspq/annonce_virus_zika.pdf.

**Clinique GAMI, Département d’obstétrique-gynécologie du CHU Sainte-Justine 515-345-4931 #2860

Saviez-vous que nous sommes...
Parmi les meilleurs hôpitaux spécialisés dans le monde selon le classement Newsweek.
Newsweek
1er établissement québécois de santé des meilleurs employeurs canadiens au palmarès Forbes.
Forbes
À propos de cette page
Mise à jour le 17 février 2016
Créée le 17 février 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés. 
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité  Crédits

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine